Alors que les français sont confinés depuis le 16 mars 2020, le comportement d’achat évolue. La Fédération du e-commerce et de la vente à distance (Fevad) vient de publier un rapport montrant comment le e-commerce a évolué depuis le 15 mars, en pleine période de confinement.

76% des sites e-commerce ont enregistré un recul des ventes

Alors, achète-t-on plus sur Internet ? Ce que nous savons déjà, c’est que le trafic Internet a augmenté de 70% depuis le début du confinement. Dans le même temps, l’utilisation des réseaux sociaux a également augmenté de 61%. Une surconsommation de la bande passante qui pourrait laisser penser que les français consomment davantage sur les sites e-commerce. Est-ce réellement le cas ? La réponse est non : 76% des sites e-commerce ont enregistré un recul des ventes depuis le 15 mars.

Pourtant l’étude réalisée par la Fevad, sur 136 sites de e-commerce entre le 23 et le 25 mars, montre que 94% des sites assurent toujours les envois des commandes pour leurs clients. Logiquement et conformément aux précautions sanitaires, les vendeurs e-commerce ont adapté leurs conditions de travail.

Il se trouve que 82% sont en télétravail depuis le début du confinement. Mais contrairement à ce que nous pourrions penser, les e-commerçants ont également du mal à faire a cette crise. Le problème est plus profond : les français sont en train de réduire drastiquement leurs dépenses dans quasiment tous les secteurs.

Les français réduisent leurs dépenses

Une récente étude du cabinet McKinsey montre que 82% des français interrogés sont pessimistes ou ont des incertitudes quant à la situation économique que nous trouverons après la crise. Les français revoient leur priorité : 43% des sondés disent reporter à plus tard ou tout simplement laisser de côté, des achats qu’ils avaient prévu de réaliser. On comprend mieux pourquoi les sites e-commerce sont également touchés. Concernant les revenus des ménages, les effets de la crise sont déjà palpables : 68% des français estiment que leurs revenus seront impactés pendant plus de deux mois, à cause du Covid-19.
40% des site e-commerce estiment qu’ils ne pourront pas résister plus de trois mois à cette crise sanitaire. Les bonnes nouvelles se comptent sur les doigts d’une main. En effet, seuls 18% des sites ont un chiffre d’affaires en hausse. Les acteurs concernés travaillent dans l’alimentaire, la téléphonie, l’informatique ainsi que les produits culturels ou éducatifs. Malgré tout, la solidarité continue d’être le maître-mot. Les marchands en ligne font tout leur possible pour venir en aide aux professionnels de santé.