Des chercheurs de l’université de l’Utah ont créé une lentille d’appareil photo de moins de 0,025 millimètre d’épaisseur. Une innovations qui pourrait renouveler le domaine de l’optique : la lentille est plate et ne nécessite pas de mise au point.

Plus performante que les lentilles actuelles de nos smartphones

Les appareils de nos smartphones ont beau être de plus en plus performants, les chercheurs sont toujours au travail pour les améliorer. La découverte des scientifiques de l’Utah pourrait représenter une innovation importante.

Les objectifs multiples de nos smartphones qui servent à créer des clichés de haute qualité, avec mise au point, pourraient, à terme, être remplacés par cette nouvelle lentille. Le nouveau modèle serait déjà capable de faire une mise au point pour des objets espacés de six mètres.

La lentille plate est élaborée grâce à des procédés de microfabrication pour modeler des nanostructures sur une surface plane. Le chef de l’équipe de recherche, Rajesh Menon, vante l’utilité du processus, « Nos objectifs plats peuvent réduire considérablement le poids, la complexité et le coût des appareils photo et autres systèmes d’imagerie, tout en augmentant leur fonctionnalité ».

Les applications potentielles de cette innovation sont alléchantes si l’on en croit Rajesh Menon, « Cette nouvelle lentille pourrait avoir de nombreuses applications intéressantes en dehors de la photographie, comme la création d’un éclairage très efficace pour le LIDAR, qui est essentiel pour de nombreux systèmes autonomes, y compris les voitures autonomes ».

Concrètement, une lentille traditionnelle transforme les ondes lumineuses parallèles en ondes sphériques qui convergent vers un même point. Les chercheurs se sont aperçus que des ondes de formes différentes avaient un effet similaire ouvrant ainsi le champ des possibilités sur la fabrication de nouveau modèle.

Le prototype donne entière satisfaction aux chercheurs

D’après la publication des chercheurs dans Optica, la revue de l’Optical Society, spécialisé dans la recherche dans le domaine de l’optique, le prototype tient jusqu’à présent toutes ses promesses. « Cette recherche est un bon exemple de la façon dont l’abandon des notions traditionnelles peut permettre de réaliser des dispositifs auparavant considérés comme impossibles » s’est encore réjoui le chercheur Rajesh Menon.

La prochaine étape vise à étudier la possibilité de fabriquer en série le prototype afin d’envisager de futures applications commerciales.