Google et IBM étaient jusque-là les grands noms en course dans le domaine des ordinateurs et plus généralement de l’informatique quantique. C’était sans compter sur l’arrivée de Honeywell, l’entreprise qui affirme avoir produit l’ordinateur quantique le plus puissant au monde, ordinateur que l’entreprise dévoilera au cours des trois prochains mois.

Un ordinateur disponible très bientôt

Dans son annonce, Honeywell a indiqué que son ordinateur quantique serait disponible dans les trois mois qui arrivent, et qu’il devrait disposer d’un volume quantique d’au moins 64. L’entreprise a ajouté que ce volume serait, selon ses prévisions, multiplié par dix chaque année, pendant les 5 années à venir. Ceci grâce à une percée réalisée en 2015, au moment du développement d’une technologie qui utilise des lasers pour piéger des atomes chargés électriquement dans un état superposé.

Selon la section recherche d’IBM, l’un des acteurs investit dans le domaine, “Le document de Honeywell montre de nouveaux progrès passionnants dans les systèmes quantiques à ions piégés et programmables”.

Honeywell se place en concurrence directe avec IBM et Google

La promesse de Honeywell est de taille : le plus puissant ordinateur quantique devrait bientôt être dévoilé. Si elle tient sa promesse, l’entreprise viendrait alors se placer en concurrent direct d’IBM et de Google. C’est son savoir-faire qui pourrait jouer en sa faveur.

Par ailleurs, l’entreprise peut également compter sur son partenariat avec Microsoft Azure. Si les clients intéressés par ses projets dans le quantique pourront se connecter directement aux systèmes de l’entreprise qu’elle héberge elle-même, il sera également possible de retrouver les systèmes directement dans l’offre cloud de Microsoft Azure. Selon Tony Uttley, le directeur du groupe des solutions quantiques de Honeywell, l’écosystème a été “construit pour être complet et nous voulons avoir la possibilité d’interagir directement avec les clients”.

Globalement, Honeywell a des avantages que d’autres n’ont pas. Tony Uttley semble également de cet avis “Nous pensons que nous serons dans une nouvelle catégorie grâce à notre expertise en matière de contrôle. Nous jouons sur les points forts que nous avons. Tout problème de calcul quantique à l’échelle est un problème de contrôle. C’est donc un problème d’ingénierie système”. Et avant de se lancer dans le quantique, Honeywell était une société américaine active dans les domaines du nucléaire, de l’aérospatial, de l’automatisation du bâtiment et de la défense, des domaines où elle a acquis son expertise. Il reste maintenant à découvrir sa performance, une fois que l’ordinateur sera officiellement dévoilé.