Apple a annoncé le 15 janvier faire l’acquisition Xnor.ai, une startup spécialisée dans la confection d’outils d’intelligence artificielle. Ses outils ont la particularité de permettre un usage sans connexion, et garantissant une meilleure protection des données. Les équipes de la startup rejoindront les bureaux d’Apple à Seattle.

Augmenter ses performances

GeekWire parle d’une transaction qui tourne autour de 200 millions de dollars pour cette startup spécialisée dans l’intelligence embarquée. Rappelons que cette technologie fait l’objet de toutes les convoitises puisqu’elle permet d’analyser les données sur place, supprimant ainsi le coût de leur transfert dans le cloud, rappelait Frédéric Heitzmann, responsable IA embarquée au CEA-Leti plus tôt cette année. Elle garantit par la même occasion une meilleure protection des données, réelle préoccupation pour les entreprises, et régulièrement reprise par Apple qui en a fait sa marque de fabrique.

Dans la même catégorie

Xnor.ai développe notamment des outils de reconnaissance d’images capables de réaliser leurs calculs directement sur les appareils, et pas dans le cloud. La technologie Xnor.ai pourrait ainsi permettre d’améliorer le déploiement des fonctions nécessitant des outils d’intelligence artificielle sur les appareils d’Apple, rapporte Venture Beat. Elle pourrait augmenter les performances de l’edge computing sur Core ML 3, et faciliter le travail des développeurs d’application.

Des « origines » Microsoft

Xnor.ai est issue du laboratoire de recherche créé par le cofondateur de Microsoft, Paul Allen. La startup a très vite orienté son travail vers l’exécution de logiciels à partir de données, non pas traitées par des ordinateurs puissants, mais plutôt sur des appareils dont les ressources étaient moindres.

Depuis, Xnor.ai se plait à mettre cette particularité en avant face à ses clients, qui par conséquent ne sont pas obligés de faire appel à des fournisseurs de cloud pour effectuer des calculs intensifs. Chose assez pratique pour les entreprises de plus en plus soumises à un marché du cloud dominé par quelques uns seulement.

On constate une fois de plus que l’edge computing devient une priorité pour le traitement de l’intelligence artificielle. Comme le rappelait Satya Nadella en octobre 2019, l’augmentation du nombre d’appareils connectés dans le monde représente un réel défi. On prévoit d’atteindre 50 milliards d’appareils connectés dans le monde d’ici 2030, qui vont, a fortiori, générer des tonnes de données. Celles-ci « doivent absolument être traitées en périphérie du réseau directement où elles sont générées » si on veut améliorer la performance de l’intelligence artificielle dans les appareils, explique le PDG de Microsoft. L’edge computing représente la solution à ses yeux pour assurer la circulation des données.