Tandis que les élections générales de ce jeudi 12 décembre se préparent en Angleterre, un bug a été signalé ce matin par Sky News : des milliers d’annonces politiques ont disparu des archives de Facebook. Le problème touche plusieurs pays, mais les équipes ont concentré leurs efforts sur le Royaume-Uni en priorité, le vote étant imminent.

Facebook mis à mal

À 24h des élections législatives anticipées et déterminantes pour le Brexit, le moment semble inopportun en effet, pour la firme en tout cas. Reconnaissons qu’il fut une époque où personne n’avait besoin des slogans en circulation sur les réseaux sociaux pour aller voter. Aussi les utilisateurs devraient donc, supposément…, s’en remettre. Toutefois, il semblerait que les choses soient un plus compliquées qu’il n’y paraît.

Pour rappel, le sort des britanniques dépend du gagnant au sortir des élections de demain, et qui opposent Boris Johnson, (du parti conservateur et premier ministre du Royaume-Uni), favorable à la sortie de l’Union européenne, et Jeremy Corbyn, du parti travailliste, contre l’accord du Brexit.

Après avoir confirmé le bug informatique sur la plateforme, un porte-parole de Facebook a ainsi déclaré : « Nous avons réglé le problème et toutes les annonces postées sur les comptes du Royaume-Uni sont désormais à nouveau disponibles dans la bibliothèque publicitaire [de Facebook] », rapporte CNN.

Pour Tristan Hotham, consultant chez WhoTargetsMe, application spécialisée dans le traçage des annonces politiques digitales, « c’est un échec catastrophique » : « Lorsque vous enquêtez sur ce type de contenu, vous devez être en mesure d’avoir accès aux données, vous ne vous attendez pas à ce que les archives disparaissent d’un coup », explique-t-il à Reuters. C’est cette même ONG qui a pointé le problème du doigt, et immédiatement averti Facebook hier, rapporte CNN.

Toujours d’après CNN, les recherches par identifiants fonctionnaient encore, ainsi des déclarations comme celle du premier ministre Boris Johnson « fin du chaos, respectez le référendum et finissons-en » étaient encore accessible de cette manière, mais impossible à trouver par recherche de mot-clés.

Pour l’heure, la firme n’a fait aucun commentaire sur l’origine du problème. La bibliothèque d’archives avait été lancée en Octobre 2018 par Facebook, après le scandale des élections aux États-Unis en 2016, pour laisser transparaître l’argent investi par les politiques pour déployer leurs annonces et leurs slogans, et viser telle ou telle tranche d’électeurs.

Le co-fondateur de WhoTargetsMe ajoute qu’à deux jours des élections, la transparence du système proposé par Facebook a bien du mal à convaincre. La firme ayant annoncé fin octobre 2019 qu’elle ne bannirait pas les publicités politiques, il y a de quoi sourire en effet.

Comme toujours dans les jours qui précèdent les élections, tout le monde s’affole devant les faits de dernière minute qui, dans une certaine mesure, peuvent influencer la part des électeurs indécis.

Le fait n’est pas nouveau. Le réseau social étant devenu un « réel » vecteur d’informations pour bon nombre d’utilisateurs, les personnes qui se contentent d’abonder dans le sens du dernier à avoir pris la parole, pourraient en effet se laisser influencer par ce type de dysfonctionnement. Pour l’instant, si le parti libéral-démocrate, conservateur, et du Brexit semblent avoir été touchés, Reuters déclare que les choses sont encore incertaines pour le parti travailleur.

De quoi ajouter une couche à cette pagaille qui dure depuis deux ans.