Alors que les publicités politiques sont sur le point d’être bannies de Twitter, sur Facebook, elles restent autorisées et font largement débat. Sur Snapchat, le patron de l’application a déclaré que les équipes fact-checkaient les publicités politiques.

Sur Snapchat, l’intégralité de la publicité est étudiée

À en croire les déclarations d’Evan Spiegel, le PDG de Snapchat : sur son réseau social, « toute la publicité est soumise à un examen, y compris la publicité politique. Et je pense que ce que nous essayons de faire, c’est de créer une place pour la publicité politique dans notre programme électoral, surtout parce que nous rejoignons tellement de jeunes et de nouveaux électeurs que nous voulons qu’ils puissent participer au débat politique, mais nous ne permettons pas que des choses comme la désinformation apparaissent dans cette publicité ».

Ainsi, bien qu’il en reçoive moins et contrairement aux pratiques de Facebook, sur Snapchat, toutes les publicités politiques sont soumises à approbation. Le réseau social s’évite ainsi toute mauvaise image ou tout bad buzz. Facebook en avait d’ailleurs fait les frais cette année, le réseau social avait été vivement critiquer pour avoir laissé l’équipe de campagne de Donald Trump poster une publicité fausse au sujet de Joe Biden.

200 000 $ : c’est le montant dépensé par les démocrates pour Snapchat

Le 3 novembre prochain, le mandat présidentiel de Donald Trump touchera sa fin. Pour l’heure, les candidats démocrates sont 18 à s’être déclarés dans la course, et le budget qu’ils auraient alloué à Snapchat ne dépasserait pas 200 000 $.

Globalement, il est nécessaire de retenir que les revenus liés aux publicités politiques sont bien plus importants et présents sur Facebook que sur Snapchat, et Twitter à qui cela avait rapporté « seulement » trois millions de dollars en 2018.

Publicité politique : sa place est-elle sur les réseaux sociaux ?

Les réseaux sociaux sont plébiscités par de jeunes personnes. Ces mêmes personnes sont les futurs votants, ceux qui auront un pouvoir de décision demain. En ce sens, autoriser les publicités politiques sur les réseaux sociaux est une chose judicieuse afin de les sensibiliser à ces sujets, liés à la politique des différents partis.

Cependant, la publicité politique comporte des enjeux publics et ne doit donc pas mener à de la désinformation. C’est là le principal risque de ce genre de publicité sur Facebook. Sur Snapchat, le fait de la réguler semble être une bonne idée en raison de la portée que peut avoir une image sur le réseau social.

Ainsi, la publicité politique semble avoir une place sur les réseaux sociaux, mais doit être contrôlée.