Certains experts la comparent à une sorte de “grande muraille numérique“. Cette nouvelle loi votée en mai par Vladimir Poutine est entrée en vigueur depuis le 1er novembre en Russie.

Un gouvernement de plus en plus puissant

Désormais, le gouvernement russe a le pouvoir de bloquer l’accès au contenu, de l’intérieur ou de l’extérieur de la Russie “en cas d’urgence”. Vous vous en doutez : c’est au gouvernement russe de décider s’il s’agit d’un cas de force majeure ou non. Officiellement la Russie espère pouvoir lutter contre les cyberattaques grâce à cette nouvelle loi.

En réalité les russes s’inquiètent qu’un jour les occidentaux ne décident de les exclure du web. À tout moment, Roskomnadzor, l’organisme de surveillance des télécommunications en Russie, aura le pouvoir de bloquer l’accès au contenu que le gouvernement juge dangereux. La nouvelle loi pour un “Internet souverain” donne également le droit au gouvernement de mettre en place des actions de surveillance de masse. Rachel Denber, directrice adjointe de Human Rights Watch en Europe et en Asie centrale, a déclaré que :

“Désormais, la Russie peut censurer directement les contenus ou même le transformer. L’Internet russe est maintenant un système souverain et fermé qui met en péril le droit fondamental de la liberté d’expression et de la liberté d’information en ligne dont disposent les russes”.

Un Internet souverain est-il vraiment possible ?

Ce ne sera peut-être pas si facile à mettre en place. En effet, de nombreux experts en cybersécurité s’accordent pour dire que techniquement, cette loi pourrait être difficile à faire appliquer, quelles que soient les intentions du gouvernement. David Belson, directeur de recherche à l’Internet Society, a déclaré ceci :

“En Russie, des centaines de réseaux se rassemblent pour échanger du contenu (souvent pour discuter de sujets qui déplaisent au gouvernement) et j’estime qu’il est difficile, voire quasiment impossible, d’isoler complètement l’Internet russe”.

Enfin, les autorités auront certainement du mal à faire installer un logiciel de suivi et de s’assurer que les fournisseurs d’accès à Internet filtrent tous le contenu de la même manière. Difficile de savoir ce que cette loi changera réellement pour le quotidien des russes. Ce qui est certain, c’est que la Russie prouve toujours plus sa politique totalitaire. Les soulèvements antigouvernementaux sont la hantise des autorités, le contrôle interne pourrait donc être une option intéressante pour réduire au maximum les échanges entre les dissidents.