Facebook Live est un outil bien pratique permettant de partager en direct des événements et moments importants. Mais il peut également servir à la diffusion d’images chocs et sensibles comme ce fut le cas en mars dernier lors de l’attentat de Christchurch, en Nouvelle Zélande. Pour éviter que cela ne se reproduise, The Guardian annonce que Facebook va équiper des policiers de caméras au Royaume-Uni.

L’objectif de Facebook ? Reconnaître et supprimer instantanément ce genre de contenu

Lors de sessions de tirs dans les centres de formation, les policiers filmeront leurs actions. De cette manière, l’intelligence artificielle de Facebook pourra identifier avec plus de précision le bruit des tirs.
En entraînant et améliorant son IA, Facebook sera en mesure de supprimer plus rapidement les contenus et pourra également prévenir la police.

Pour rappel lors de l’attentat de Christchurch, le terroriste était équipé de caméras et avait diffusé ses moindres faits et gestes en live sur Facebook. Même si d’après le réseau social de Mark Zuckerberg  moins de 200 personnes ont regardé la vidéo, qui a été supprimée 17 minutes après le début de la diffusion, plus d’un million de vidéos concernant l’attentat ont eu le temps de se propager sur les réseaux sociaux.

Une mise en place dès le mois prochain

Malgré les nombreuses critiques, Facebook tente d’apporter des solutions pour éviter la propagation de ce genre d’images à grande échelle. Neil Basu, commissaire adjoint chargé des opérations spécialisées de la police londonienne explique “une technologie qui arrête automatiquement la diffusion en direct des attaques une fois qu’elles ont été identifiées, contribuerait également à empêcher la glorification de ces actes et la promotion des idéologies néfastess qui les sous-tendent. Nous nous félicitons de ces efforts pour prévenir le terrorisme et sa glorification et sommes heureux de contribuer au développement de cette technologie.” Cette initiative sera également valable pour Instagram et débutera en octobre prochain.