Dans le but de fournir un accès Internet à des dizaines de millions de personnes à travers le monde, Amazon a demandé la permission à la Federal Communications Commission (FCC), de lancer 3 236 satellites, dans le cadre du projet Kuiper.

Fournir Internet à la Terre entière

À l’instar de la mission menée par Elon Musk, au sein du projet Starlink, Amazon aimerait aussi que ses plans pour l’espace s’accélèrent et que le déploiement de ses satellites orbitaux prenne forme. De son côté, SpaceX a officialisé le déploiement de ses 60 premiers satellites, à la fin du mois de mai dernier. Après deux tentatives ratées à cause de conditions météorologiques défavorables, la Falcon 9 avec à son bord les 60 satellites Starlink réussissait son décollage depuis Cap Canaveral.

Déjà plusieurs mois qu’Amazon parle du projet Kuiper. Les documents, qui ont été déposés à la Federal Communications Commission (FCC) et à l’ITU, révèlent un plan de mise en orbite de 3 236 satellites, dont 784 à une altitude de 590 kilomètres, 367 à de plus de 600 kilomètres, et 1 156 à une altitude de 630 kilomètres.

Toujours plus de débris spatiaux

La société explique que : “le projet Kuiper est une nouvelle initiative visant à lancer une constellation de satellites en orbite terrestre basse, qui fourniront une connectivité haut débit à faible temps de latence et à faible débit aux communautés non desservies et sous-desservies dans le monde”.

En revanche, Amazon a d’ores et déjà averti le gouvernement américain : les satellites ne pourront pas couvrir l’ensemble du territoire, certaines régions comme l’Alaska ne seraient pas desservies. Il faut donc attendre la réponse de la FCC avant de savoir si Elon Musk aura un concurrent de taille, ou non.

Un problème de taille nous attend dans les prochaines années : la pollution des débris spatiaux. En effet, de plus en plus d’engins sont présents en orbite, certains ne fonctionnent plus, mais rien n’est fait pour les démanteler. Avec l’engouement croissant des gouvernements et des grandes entreprises privées, pour la conquête spatiale, nous devons nous attendre à ce que ce problème devienne très préoccupant.