Le géant américain, Intel, aimerait que ses robots puissent être rapidement en mesure d’entrer dans le quotidien des humains. Pour cela, les chercheurs sur l’intelligence artificielle du groupe, travaillent en étroite collaboration avec l’Université de Stanford, dans le but de permettre aux robots d’apprendre plus vite et de mieux reconnaître les objets qui composent notre quotidien.

La course à l’intelligence artificielle

Dans le même registre, le Massachusetts Institute of Technology (MIT) expliquait récemment qu’il souhaitait augmenter ses robots en leur apprenant à apprendre. C’est précisément ce qu’a réussi à faire NVIDIA. Désormais, les chercheurs n’ont plus à ajuster les robots au fur et à mesure des expériences réalisées. Chacun d’entre eux est capable d’apprendre de ses erreurs et de recommencer pour mieux faire. La robotique fait donc un pas de géant vers l’autonomie.

De son côté, Intel aimerait que ses robots soient en mesure de gérer des tâches simples, que les humains font chaque jour dans leur maison. L’entreprise travaille actuellement sur un programme qui devrait permettre aux intelligences artificielles de différencier un réfrigérateur d’un four, d’un micro-ondes, pour qu’elles puissent adapter leurs actions.

Mieux comprendre les objets qui composent nos habitations

Intel aimerait que ses robots soient rapidement disponibles au grand public. La course à l’intelligence artificielle est passionnante, les plus grandes entreprises du monde se livrent un combat acharné. Facebook, Amazon, Apple, NVIDIA, tous les géants technologiques travaillent sur des concepts différents mais avec un objectif commun : développer des robots capables de nous faire gagner du temps.

Les chercheurs travaillent avec un ensemble de données impressionnant, dans le but de permettre aux robots de segmenter les objets. Les intelligences artificielles devront être en mesure de reconnaître chaque bouton de nos appareils électroniques si elles veulent prétendre pouvoir nous remplacer, sur certaines tâches. L’ensemble de données sur lequel travaillent les robots est gigantesque, il comprend plus de 570 000 pièces, réparties sur plus de 26 000 objets.