Cybersécurité Technologie

Le NRCC victime de piratage sur les messageries de ses politiciens

Le comité national républicain du Congrès vient tout juste d’annoncer le piratage informatique de certaines messageries durant les élections de mi-mandat 2018 aux États-Unis.

Le comité national républicain du Congrès (NRCC) aurait été piraté lors des élections de mi-mandat 2018. Pendant plusieurs mois, des pirates ont donc pu s’infiltrer au sein des messageries de quatre collaborateurs du NRCC.

Cette intrusion catastrophique a finalement été détectée en avril par une société de sécurité. Dès lors, le NRCC a directement prévenu le FBI et lancé une enquête interne au sein du comité national. Les législateurs viennent tout juste d’être prévenus de cette intrusion dans leurs messageries.

Ian Prior de Mercury Public Affairs, issu d’une agence de relations publiques choisie par le comité a déclaré que : « Le NRCC peut confirmer qu’il a été victime d’une cyber intrusion par une entité inconnue ». Il faut savoir que les politiciens concernés n’ont été prévenu de ce piratage qu’à partir du moment où le média Politico a contacté le NRCC pour poser quelques questions sur cet épisode.

Les responsables du comité auraient conservé ces informations loin des yeux des médias dans le but de mener une enquête interne de peur que le piratage provienne du comité lui-même. De cette manière, pas un seul e-mail piraté n’a été divulgué, et très peu de commentaires ont pu être récolté pour répondre aux nombreuses questions que soulèvent ces multiples piratages.

Des piratages courant lors des élections américaines.

Les piratages sont de plus en plus courant lors des élections aux États-Unis, que ce soit sur les réseaux sociaux ou encore directement auprès des politiciens comme dans le cas présent.

En effet, le nombre de faux-comptes Facebook ou Instagram a éclaté lors des élections présidentielles de 2016 afin de mettre en place une véritable propagande. Internet se présente donc comme une vraie source de danger pour la politique. Ce piratage n’a pour l’instant fait aucun écho de la part des hackers, à l’inverse des piratages informatiques sponsorisés par l’Etat Russe qui sont actuellement la cible d’actions en justice.

Send this to a friend