Le moteur de recherche de Google est absent en Chine depuis 2010 à cause des tentatives du gouvernement pour « limiter la liberté d’expression sur le web », mais le géant américain semble sur la bonne voie pour ré-intégrer le pays. Alors que Google a récemment lancé un mini-jeu destiné à WeChat, l’application la plus populaire du pays, la firme de Mountain View semble prête à se conformer aux exigences chinoises. D’après un rapport dans The Intercept, le projet Dragonfly est en cours depuis le printemps de l’année passée et aurait été accéléré suite à la rencontre du PDG de Google, Sundar Pichai avec un haut responsable Chinois.

Concrètement, le moteur de recherche qui devrait être lancé, est construit comme une application mobile Android et filtrerait des sites comme Wikipedia ou encore les sites d’informations comme BBC News ou le New York Times ainsi que les « requêtes sensibles de la liste noire» La censure sera appliquée sur la recherche d’images, la vérification orthographique ainsi que les fonctionnalités de recherches suggérées. En Chine, le web est fortement censuré, les informations sur la police, la religion ou la liberté d’expression sont très filtrées, mais des sujets spécifiques comme l’indépendance taïwanaise sont complètement censurés. Les documents consultés par The Intercept, montre que les sites web interdits seront supprimés de la première page des résultats et qu’un message apparaîtra pour expliquer « certains résultats peuvent avoir été supprimés en raison d’exigences légales

Même si le projet semble encore loin d’être approuvé (il faut compter environ 6 à 9 mois avant l’approbation des autorités de Bejing), il soulève de nombreuses questions. Google avait quitté le pays à cause d’un problème de liberté d’expression et l’entreprise est prête à y retourner en se conformant aux demandes du gouvernement et en acceptant la censure. Un chercheur d’Amnesty International explique que cela « établira un terrible précédent » pour d’autres sociétés. « Le plus grand moteur de recherche au monde obéissant à la censure en Chine est une victoire pour le gouvernement chinois – il envoie un signal que personne ne prendra plus la peine de contester la censure » a ajouté Patrick Poon. Le dénonciateur qui a parlé du projet à The Intercept ajoute « ce qui est fait en Chine deviendra un modèle pour de nombreuses autres nations. »

Google est-elle vraiment prête à se plier à la censure tout en privant les utilisateurs chinois de l’accès à l’information comme le veut le gouvernement chinois ? L’entreprise fait-elle “juste” ça pour effacer la concurrence avec Baidu ? Des questions auxquelles nous devrions avoir des réponses lorsque Google s’exprimera…

Après les BATX au pays des GAFAM, pourquoi pas les GAFAM au pays des BATX ? Apple cède depuis longtemps aux règles chinoises. L’appât du gain d’un marché aussi fort pourrait également pousser Facebook à poursuivre ses efforts pour rejoindre la Chine.

Dans la même catégorie