Relations commerciales : Tim Cook appelle au dialogue avec la Chine
Technologie

Relations commerciales : Tim Cook appelle au dialogue avec la Chine

Pour rappel, la Chine est le troisième marché de l’entreprise

Président d’Apple, Tim Cook a récemment évoqué sa volonté d’ouvrir le dialogue en ce qui concerne les relations commerciales avec la Chine.

Lors de l’annuel Forum sur le développement de la Chine, le président de la marque à la pomme s’est exprimé afin d’espérer apaiser les relations entre la république populaire et les États-Unis. Depuis plusieurs semaines, les tensions entre les deux entités ont été exacerbées suite aux décisions de Donald Trump, à tel point que plusieurs médias évoquent les prémisses d’une réelle guerre commerciale. Si le Wall Street Journal révèle qu’une lettre a été envoyée par les États-Unis afin de négocier avec leurs homologues, Tim Cook semble lui aussi aller dans ce sens.

Le dimanche 25 mars, le PDG a pris la parole et indiqué : « Je suis bien conscient que tant aux États-Unis qu’en Chine, il y a eu des moments où tout le monde n’a pas tiré les bénéfices escomptés, où il y a eu déséquilibre ». Il a ensuite formulé le souhait d’une relation plus calme en précisant : « Mon intime conviction est que les entreprises devraient discuter avec les gouvernements des pays dans lesquels elles font des affaires, qu’elles soient d’accord ou pas ». Si le discours est similaire à ceux déjà tenus par le passé, le voeu de relations commerciales apaisées n’est pas sans rappeler la récente décision d’Apple. En février, Tim Cook et ses compères avaient annoncé qu’ils allaient stocker les données personnelles iCloud de ses utilisateurs chinois en Chine. Bien que cela soit une façon pour la compagnie de se plier à une nouvelle loi, cette décision signifie que le gouvernement pourra facilement accéder aux précieuses données. Une conséquence désastreuse lorsque l’on sait que la Chine est l’un des pays dont l’Internet est le plus censuré au monde. Ce choix n’est d’ailleurs pas le dernier en la matière, puisqu’Apple s’était déjà plié à Pékin lorsqu’il avait retiré les applications pour VPN de l’App Store en août dernier.

Pour rappel, la Chine est le troisième marché de l’entreprise américaine après les États-Unis et l’Europe.

Source

Send this to a friend