La situation dans le monde des semi-conducteurs n'est toujours pas stabilisée, des secteurs font toujours face à des pénuries de composants. C’est le cas de l’industrie automobile qui a besoin de nombreuses puces électroniques pour fabriquer ses véhicules modernes, notamment ceux fonctionnant à l’électricité. L’avenir est loin d’être au beau fixe et, d’après plusieurs acteurs du domaine interrogés par le Financial Times, la crise des semi-conducteurs devrait continuer à frapper les constructeurs jusqu’à la fin de 2023, au minimum.

Une année 2023 qui s’annonce compliquée

La transition grandissante entre les voitures thermiques et les voitures électriques se ressent de plus en plus sur l'approvisionnement de semi-conducteurs. Interrogé par le Financial Times, Hassane El-Khoury, directeur général de ON Semiconductor, révèle avoir vendu la totalité de ses puces en carbure de silicium (SiC), largement utilisées dans la production des véhicules électriques, pour 2023. « Il n’y a rien que vous puissiez faire maintenant pour changer 2023 », a-t-il déclaré au quotidien britannique, « nous ferons notre possible chaque trimestre, chaque mois en 2023 pour répondre à la demande de nos clients en utilisant au mieux nos capacités ».

De nombreuses entreprises derrière les puces électroniques croulent sous les demandes. Gregg Lowe, directeur général de Wolfspeed, un fournisseur de matériaux de substrat SiC, utilisés dans la fabrication de ces composants, a expliqué au Financial Time qu’il était impossible d’empêcher le passage des moteurs à combustion aux véhicules électriques. « Ce que nous prévoyons, c’est que d’ici la fin de la décennie, les semi-conducteurs de puissance - plus précisément ceux en carbure de silicium - pourraient connaître un taux de croissance annuel composé de 14 % », confie-t-il.

Afin de pallier les besoins de l’industrie, les géants des semi-conducteurs prévoient d’investir 500 milliards de dollars d’ici 2024 pour la construction de nouvelles usines plus performantes. Hassane El-Khoury dévoile que ON Semiconductor prévoit d’ouvrir une manufacture à Rožnov en République tchèque, à Busan en Corée du Sud et au New Hampshire aux États-Unis. Selon lui, l’efficacité de l’entreprise devrait progresser de 30 % au cours de 2023. « Nous avons de nombreux clients dans le cadre de ce que l’on appelle les accords d’approvisionnement à long terme et nous construisons la capacité nécessaire pour les soutenir », a-t-il souligné.

Pour Gregg Lowe, le futur représente un grand défi pour le secteur automobile. Il estime que la plupart des fabricants de semi-conducteurs vont devoir « courir aussi vite que possible pour répondre à la demande ».