L’ancien dirigeant de Disney, Bob Iger, est, depuis le 20 novembre, de retour à la tête de l’entreprise. L’ancien PDG va remplacer « immédiatement » Bob Chapek, qu’il avait choisi pour lui succéder en février 2020. Bob Iger, qui a passé plus de 40 ans chez Disney, dont 15 ans en tant que président-directeur général, a signé pour deux ans de plus. Son principal objectif sera de « définir l’orientation stratégique d’une croissance renouvelée » pour Disney et de former son prochain remplaçant.

Bob Chapek cède sa place

Une page se tourne pour Disney qui se sépare de Bob Chapek, le successeur de Bob Iger depuis 2020. « Nous remercions Bob Chapek pour les services qu’il a rendus à Disney au cours de sa longue carrière, notamment en dirigeant la société à travers les défis sans précédent de la pandémie », a annoncé dans un communiqué l’entreprise californienne. La publication indique seulement que Bob Chapek a « quitté ses fonctions ».

Susan Arnold, présidente du conseil d’administration, explique que « le conseil d’administration a conclu qu’au moment où Disney s’engage dans une période de transformation de l’industrie de plus en plus complexe, Bob Iger est particulièrement bien placé pour diriger la société pendant cette période charnière ».

Bob Iger, âgé aujourd’hui de 71 ans, déclare être « extrêmement optimiste quant à l’avenir de cette grande entreprise et je suis ravi que le conseil d’administration m’ait demandé de revenir en tant que PDG ». Dans un mail adressé à l’ensemble des employés du géant du divertissement rapporté par le média américain The Ankler, il précise qu’ils auront davantage d’informations dans les semaines à venir.

Disney en difficulté

Les temps sont durs pour Disney, qui a subi de plein fouet les restrictions liées à la pandémie. La société basée à Burbank a été contrainte de fermer ses parcs d’attractions pendant de longues périodes en 2020, réduisant drastiquement son chiffre d’affaires. Pour se relever, elle a su compter sur le lancement de son service de streaming Disney+. Avec ESPN+ et Hulu, ses plateformes comptabilisent plus de 235 millions d’abonnés dans le monde.

Ces performances n’ont toutefois pas soulagé la santé financière de Disney. Lors des résultats de son dernier trimestre, d’août à octobre, et de l’ensemble de son année financière 2022, l’entreprise a affiché une perte d’exploitation de 1,5 milliard de dollars.

Si l’arrivée, le 8 décembre, d’une formule d’abonnement moins cher contre de la publicité sur Disney+ doit permettre à Disney de diversifier ses revenus, elle va avoir du mal à regagner la confiance des investisseurs. Depuis le début de l’année, la société qui a donné naissance à Mickey Mouse a vu sa valeur boursière s’effondrer de plus de 41 %.

Valeur boursière Disney

La valeur boursière de Disney depuis le début de l'année. Capture d'écran : Google.