Face au russe Rashid Ismailov, c'est l'américaine Doreen Bogdan-Martin qui a été élue à la tête de l’Union internationale des télécommunications (UIT, l’agence des télécoms de l’ONU).

Doreen Bogdan-Martin élue à la tête de l'UIT avec 139 voix contre 25

Jeudi 29 septembre 2022, l'américaine d'une cinquantaine d'années a officiellement pris les rênes de l'UIT, une agence méconnue du grand public, qui joue pourtant un rôle central dans l’établissement des normes mondiales du web. La candidate Doreen Bogdan-Martin a reçu 139 voix contre 25 pour son adversaire russe Rashid Ismailov. Les pays membres ont donc choisi de placer les États-Unis à la tête de l’Union internationale des télécommunications. Un choix qui n'est évidement pas dénué de symbolique.

L'instance onusienne est chargée de « standardiser les normes pour les outils de communication au niveau mondial, de la télévision à Internet, en passant par la téléphonie mobile ». Peu visible, l'UIT est en réalité à l'œuvre dans l'ombre sur de nombreux dossiers. Sur le fond, les programmes des deux candidats étaient assez proches. L'objectif ultime de l'agence, partagé par les deux candidats, est de réussir à connecter à Internet les 3,7 milliards de personnes qui n’y ont pas encore accès dans le monde.

Si le candidat russe a récolté si peu de voix, ce n'est pas uniquement en raison de sa nationalité. Selon plusieurs sources, sa proximité avec le gouvernement chinois était perçu d'un mauvais œil par les pays membres de l'ONU. Il a notamment travaillé pour Huawei il y a quelques années. De plus, la Russie et la Chine ont récemment noué un partenariat autour de la « régulation d’Internet ». Avec les liens qui se resserrent entre Pékin et Moscou et le contexte de guerre en Ukraine, la candidature de Rashid Ismailov avait peu de chance d'aboutir.

Récemment, 60 pays, dont les membres de l'Union européenne, ont signé la « Déclaration sur l’avenir de l’Internet ». Ce texte ambitionne de rappeler les principes fondamentaux d’Internet et de les promouvoir dans le futur. Il a aussi été pensé pour pointer du doigt des États autoritaires comme la Chine et la Russie. Ces deux pays militent pour une forme d'accentuation du contrôle des communications, en prétextant par exemple « la possibilité d’offrir une connexion Internet irréprochable aux opérations chirurgicales exécutées à distance ».

En tant que nouvelle secrétaire générale de l'UIT, Doreen Bogdan-Martin sera notamment chargée de « faire évoluer les standards des communications satellitaires, téléphoniques, et terrestres ».