En Californie, les législateurs ont travaillé à l’élaboration d’un projet de loi qui imposera aux employeurs californiens, recrutant au sein de l’État, d'être plus transparents. Le texte qui a été adopté début septembre oblige l’affichage systématique des fourchettes de salaires sur toutes les offres d’emploi. Le but est d’encourager à une plus grande équité salariale. Toutefois, le gouverneur de la Californie, Gavin Newsom, a jusqu’au 30 septembre pour signer le texte ou s’y opposer.

Plus de transparence pour une égalité des salaires

Le projet de loi, intitulé SB 1162, a été publié le 2 septembre sur le site officiel des informations législatives de Californie. Il oblige « une entreprise comptant 15 employés ou plus à inclure l'échelle de rémunération d'un poste dans l’annonce d’une offre d’emploi ». De plus, toutes les sociétés qui comptent plus de 100 salariés devront aussi publier « les rapports sur les données salariales » qui indiquent les différences de salaires et de temps de travail entre les sexes et les minorités.

L’objectif de cette démarche, en plus d’exiger une meilleure transparence de la part des employeurs, est de réduire les inégalités dans le monde du travail, notamment pour les postes à responsabilités équivalentes. Ce n’est pas la première fois qu’un État américain adopte une telle loi. En 2019, le Colorado a déjà mis en place l’Equal Pay for Equal Work Act, la loi pour un salaire égal pour un travail égal.

Les entreprises essayent de contourner ce type de loi

Il faut cependant préciser que ces lois s’appliquent uniquement au sein des États où elles ont été adoptées. Les entreprises, qui s’y opposent vigoureusement, ont tendance à proposer leurs offres d'emploi uniquement dans d’autres États américains de façon à contourner la législation.

L’État de Washington et la ville de New York disposent également de textes similaires qui devraient entrer en vigueur d’ici la fin de l’année. Si la Californie, État le plus peuplé des États-Unis, s’ajoute à la liste, cela signifiera que plus d’un quart de la population américaine dépendra de ces mêmes exigences sur l’affichage des salaires. Les entreprises se retrouveront alors dans une position délicate face aux nombres importants de personnes concernées.

Cette volonté d'une plus grande transparence des salaires a aussi trouvé écho en France. La filiale française du site d’annonce Indeed a expliqué à BFMTV début septembre qu’elle demanderait aux employeurs d’afficher les fourchettes de salaires sur les offres. S'ils ne le font pas, le site publiera un montant qu'il estime correspondre à l'offre. Les entreprises auront toute la liberté de faire changer le salaire affiché s'il ne correspond pas à la réalité.