Pour aider les ukrainiens à se protéger des bombardements aériens, Google a décidé d'alerter les utilisateurs Android depuis le Google Play Services. Le système exploite le mécanisme d'alerte que Google a développé pour les alertes sismiques.

Les utilisateurs Android sont avertis des raids aériens

À la demande et avec l'aide du gouvernement ukrainien, Google tente de trouver des solutions pour limiter le nombre de victimes du côté des civils. Désormais, en fonction de leur localisation, les utilisateurs de smartphones Android pourront recevoir une notification pour les alerter en cas de raid aérien russe. Grâce au Google Play Services, les ukrainiens n'ont pas besoin d'installer d'application en particulier. Ils recevront simplement une notification sur leur smartphone pour les alerter d'un risque d'attaque. Cette fonctionnalité pourrait sauver des vies.

Ce nouveau système d'alerte utilise le même mécanisme que celui dédié aux tremblements de terre. Il est déclenché par le système d’alerte du gouvernement ukrainien auquel il est relié. Comme le système est directement intégré à Google Play Services, il est diffusé de façon automatique sur tous les smartphones par le biais d’une mise à jour qui doit logiquement « atteindre tous les téléphones Android en Ukraine dans les prochains jours », selon Dave Burke, vice-président ingénierie pour Android chez Google.

Google fait tout son possible pour aider les ukrainiens

Le 10 mars 2022, il précisait que « le système commence à être déployé et s'intensifiera pour cibler tous les téléphones Android en Ukraine au cours des prochains jours. Nous sommes fiers de nos équipes qui se sont démenées pour trouver une solution dans les plus brefs délais ». Pour être tout à fait précis, le système d’alerte de Google Play Services utilise une « géolocalisation approximative » du terminal afin de cibler les bonnes personnes. Les ukrainiens concernés par la zone vont recevoir deux messages. Le premier sera émis juste avant le bombardement et le second juste après.

Depuis le début de la guerre en Ukraine, la plupart des entreprises de la Silicon Valley ont décidé de couper les liens avec la Russie. Pour aider les ukrainiens qui traversent actuellement une période sombre de leur histoire, la firme de Mountain View a également modifié Google Maps pour que les hôtels situés dans les pays limitrophes puissent être facilement visibles pour les réfugiés. Aussi, sur le Search, les organes de propagande RT et Sputnik sont désormais bannis des résultats de recherche, conformément à la décision du Conseil de l’Union européenne.