TikTok traquerait plus ses utilisateurs que les 9 autres réseaux sociaux les plus importants du monde, selon une étude publiée fin janvier par la société de marketing mobile URL Genius.

TikTok plus opaque que les autres réseaux sociaux ?

Selon les conclusions de cette étude, TikTok n’est pas seul à traquer ses utilisateurs, avec YouTube, l’application partage le score de 14 traqueurs activé sur iOS, le système d’exploitation mobile étudié par URL Genius. En moyenne, les autres réseaux sociaux en compte 6.

graphique traqueur réseaux sociaux

TikTok et YouTube au coude à coude ! Crédit : URL Genius

Le cas TikTok est plus problématique que YouTube, car la plupart des traqueurs sont destinés à des tiers. Sur YouTube, la majorité, 10, est destinée à Google, pour les besoins du fonctionnement du service : suivi de l’historique des recherches, localisation, etc. Pour TikTok 13 sont destinés à de tierces parties. Dans cette situation, il n’est pas possible de savoir pour qui sont les informations collectées ni de connaître la nature des données envoyées.

L’étude s’est appuyée sur une fonctionnalité d’iOS 15.2. Elle permet d’enregistrer l’activité des applications, que l’utilisateur est activé la fonction confidentialité d’Apple ou non. De façon générale URL Genius note que « Les résultats soulèvent d'importantes questions sur la concordance entre les perceptions des consommateurs et le suivi comportemental potentiel qui a toujours lieu lorsque l'autorisation de suivi n'est pas accordée ».

Le cas TikTok, mal placé dans la catégorie réseaux sociaux, est plutôt dans la moyenne des pratiques observée par URL Genius sur 200 applications : 15 traqueurs dont 12 sont destinés à des tiers. Cependant, Wired note qu’à l’image de Google, le service de ByteDance pratique « l'inférence démographique », elle déduit les caractéristiques personnelles de ses utilisateurs grâce à leur IP, leurs historiques de recherche, les vidéos regardées, etc.

Le contexte ne joue pas en faveur du service de ByteDance

Dès qu’il est question de l’application chinoise, les pratiques contestables de suivi des usagers crispent rapidement. En plus du jeune âge de ses habitués, TikTok est soupçonné depuis son explosion de transmettre des données à la Chine. En septembre 2021, l’autorité de protection des données irlandaise à ouvert une enquête, toujours en cours, sur ce point.

La question est encore plus sensible aux États-Unis. L’administration Trump a tenté en 2020 de fermer TikTok ou de contraindre ByteDance à la revendre à une entreprise américaine. Microsoft et Oracle s’étaient montrés intéressés. La justice américaine avait jugé le décret pris par le président américain inapplicable. Son successeur, Joe Biden, avait décidé de ne pas faire appel, mais a demandé un examen de l’application.

Le Wall Street Journal a rapporté, début février, que le département du commerce pourrait prochainement changer la réglementation. Le but serait de contraindre les applications étrangères pouvant être utilisées par des « adversaires étrangers pour voler ou obtenir des données d'une autre manière » à un contrôle beaucoup plus strict de ses pratiques.

TikTok a toujours nié transmettre des données au gouvernement chinois. Comme le montre l’étude d’URL Genius, d’autres services ont des pratiques qui interrogent, souvent dans un but commercial. Il ne serait pas si étonnant que ce soit également le cas du service de ByteDance. Néanmoins, vu son pays d’origine, TikTok doit s’attendre à un contrôle beaucoup plus strict de son comportement pour suivre les internautes.