L'affaire a peut-être été reléguée tout au fond de votre mémoire, mais rappelez-vous. Il y a un peu plus d'un an, en août 2020, TikTok était en pourparlers pour vendre ses activités américaines à Microsoft. Un dialogue s'était alors engagé entre les deux groupes alors que l'administration Trump menaçait ByteDance, maison mère de TikTok, de bannir l'application si elle ne trouvait pas de repreneur aux États-Unis. Aux premières loges de ces tractations finalement très politiques : Satya Nadella, le patron de Microsoft. Dans le cadre de la Code Conference de Beverly Hills, l'intéressé est revenu sur l'affaire... avec désormais un an de recul.

TikTok ? Un « produit intéressant » selon Nadella

C'est « la chose la plus étrange sur laquelle j'ai travaillé », s'est rappelé Satya Nadella ce lundi. « Tout d'abord, vous devez vous rappeler que TikTok est venu à nous, nous ne sommes pas allés à TikTok », a ajouté le patron de Microsoft, dont les propos nous sont relayés par CNBC. « TikTok était englué dans beaucoup de problèmes (...) et il voulait s'associer », a-t-il expliqué, rappelant que la plateforme cherchait au départ un fournisseur de Cloud, capable de proposer des services de sécurité. Avec son offre Azure, Microsoft était donc en lice, avant de décrocher en septembre 2020. Oracle avait alors été choisi pour fournir ses services à l'application et se rapprocher de TikTok. En juin dernier, au bout du compte, le Président Biden finissait par révoquer les projets de l'administration Trump visant à bannir TikTok en cas de non-accord. Tout projet de rachat des activités américaines de TikTok tombait alors définitivement à l'eau.

Satya Nadella a néanmoins admis avoir été « assez intrigué » par l'opportunité d'un accord avec ByteDance sur le cas de TikTok, qu'il décrit comme « belle propriété ».

« Je pense que le président Trump avait une sorte de point de vue particulier sur ce qu'il essayait de faire là-bas », a par ailleurs indiqué Nadella, revenant sur la dimension politique de l'affaire. « Et puis j'ai juste laissé tomber. Mais c'était intéressant. Pendant un certain temps, j'ai senti que le gouvernement américain avait des exigences particulières, mais elles ont été abandonnées ».

Un an plus tard, le patron de Microsoft assure « être heureux » avec ce qu'il détient, mais explique que l'éventualité d'un rachat, ou d'un partenariat avec TikTok, aurait été intéressante pour Microsoft de part les particularités techniques de l'application.