Semi-conducteurs, biomédecine, véhicules à énergie nouvelle, économie numérique, voilà les priorités de la Silicon Valley chinoise, Shenzhen, pour les cinq prochaines années. Le gouvernement de la ville a dévoilé début juin le nouveau plan quinquennal qui guide sa destinée d’ici 2025.

L’ascension du coeur de la Chine technologique

Autrefois connue pour être le temple de la contrefaçon et des ateliers clandestins, Shenzhen est devenue en une vingtaine d’années l’une des villes les plus riches de Chine. Elle a même dépassé Hong Kong, sa voisine et rivale, comme ville la plus compétitive du pays en 2019. Même si en terme de PIB par habitant, Hong Kong reste devant en 2020. 

Shenzhen a connu son succès en devenant la vitrine de l’ambition technologiques chinoise. C’est ici qu’ont émergé les entreprises technologiques chinoises parmi les plus puissantes, comme Tencent, Huawei, ZTE… La ville accueille ainsi 14 000 entreprises de haute technologie selon le South China Morning Post. 

Shenzhen au coeur d’une mégapole gigantesque

La ville est située au coeur de la « Greater Bay Area », un projet de réunion en une énorme Métropole de Hong Kong, Macao et neuf villes de la région du Guandong avec 66 millions d’habitants. les prévisions du plan quinquennal prévoient que l’économie locale générera 626 milliards de dollars en 2025 contre 437 milliards en 2020. 

La ville prévoit d’investir 109 milliards de dollars dans la recherche et le développement. Elle va améliorer 100 kilomètres carrés et rénover 100 autres kilomètres carrés de terrains industriels. Le but est de se focaliser sur les usines de hautes technologies. Un accord à déjà été conclu avec la Semiconductor Manufacturing International Corp, un co-investissement de 2,35 milliards pour construire des usines de puces électroniques dans un contexte de pénurie mondiale. 

Guo Wanda, vice-président exécutif du groupe de réflexion China Development Institute, à Shenzhen a expliqué la particularité de la ville : « Contrairement à la recherche scientifique de base traditionnelle menée par le gouvernement et les universités, les initiatives de recherche et développement de Shenzhen ciblent les besoins des industries et du marché général ».

Le secteur financier, nouvel objectif

Le secteur quantique et l’IA, déjà considérés comme prioritaires, continueront à recevoir des investissements. La ville va aussi développer dans les cinq prochaines années, le secteur financier pour qu’il atteigne 15% de son PIB d’ici 2025. À Hong Kong, place financière internationale de longue date, le secteur représente un cinquième du PIB.

Enfin, les services publics vont bénéficier de financement pour de nouvelles infrastructures, hôpitaux, logements, jardins pour enfants. Autant de domaines indispensables pour obtenir la capacité, d’ici 2025, d’intégrer l’attractivité du coeur de la Chine moderne et technologique.