En Australie, des chercheurs de l’université de Griffith dans l’État du Queensland vont utiliser la reconnaissance faciale afin d’aider à la préservation des koalas.

Une espèce en danger

Car s’il est l’un des animaux les plus emblématiques du pays, le marsupial est tout de même considéré comme une espèce vulnérable par les autorités. Évoluant principalement le long de la côte est australienne, le koala est mis en danger par de nombreux facteurs, et notamment les feux de forêts engendrés par le réchauffement climatique. En 2019 et 2020, les incendies ont ainsi causé la disparition d’environ 5 000 individus, tandis que l’État des New South Wales a réalisé une enquête démontrant que l’animal pourrait avoir disparu de son territoire d’ici 2050 si aucun programme de préservation n’est mis en place.

La perte de leur habitat à cause du réchauffement climatique et de l’activité humaine entraîne les koalas à se déplacer davantage. Depuis les années 90, l’espèce est également menacée par les collisions sur la route, avec près de 356 individus qui ont nécessité des traitements suite à des accidents chaque année sur la période 1997-2018.

C’est notamment pour cette raison que les chercheurs vont prochainement installer 20 caméras dotées d’une technologie de reconnaissance faciale aux alentours de Brisbane, dans l’État du Queensland, dans le cadre d’une étude pilote qui va durer deux ans. Les lieux où elles seront positionnées sont des localisations privilégiées par les koalas pour leurs déplacements.

Analyser le comportement des individus pour mieux les protéger

L’objectif de ces caméras sera d'identifier les koalas grâce à la reconnaissance faciale, une tâche qui doit d’habitude être réalisée manuellement. « Le but de ce projet est de mettre en place une installation de surveillance basée sur l'IA pour suivre les comportements de traversée de la route des koalas, afin que nous puissions analyser combien de koalas utilisent les installations pour traverser la route en utilisant les voies souterraines ou les passages en surface », explique Jun Zhou, professeur associé à l'université de Griffith.

« Le mouvement de l'animal déclenchera la prise d'images, qui seront transférées à un serveur de l'université Griffith. Des systèmes de vision par ordinateur et d'apprentissage automatique seront utilisés pour traiter les images, permettant ainsi la détection et la reconnaissance automatiques des koalas individuels », continue-t-il. Selon les chercheurs, parvenir à faire baisser le nombre de collision avec des koalas sur la route serait un grand pas pour aider à la conversation de l’espèce.

Ce n’est pas la première fois que la technologie aide à la préservation des animaux. En Afrique, une caméra munie d’une intelligence artificielle permet également de protéger les éléphants des braconniers.