Le début de cette année 2021 est chargé de nouveautés pour Qualcomm. Tandis qu’un nouveau PDG a pris la tête de l’entreprise et que le rachat de Nuvia, une startup a été annoncé, c’est maintenant la création et l’installation d’un centre de recherche et développement dédié à la 5G, en France, qui fait l’actualité de l’entreprise.

Selon Qualcomm, “la France est un choix de localisation naturel pour ce nouveau centre”

Le 29 janvier, Qualcomm a fait l’annonce de son nouveau projet français : l’ouverture d’un nouveau centre de recherche et développement 5G en France. Selon le communiqué de presse de l’entreprise, cette annonce est le résultat d’une réflexion partagée entre Cristiano Amon, le nouveau PDG de l’entreprise et Agnès Pannier - Runacher, la ministre déléguée à l’industrie.

Ce nouveau centre de recherche et développement viendra renforcer la présence de l’entreprise en France. En effet, le centre de recherche et développement détenu par la filiale communication de l’entreprise rejoindra directement le réseau dédié au même domaine de la filiale Qualcomm Incorporated. C’est là un avantage pour le nouveau centre puisque Qualcomm est déjà implanté en France depuis une vingtaine d’années. Malgré tout, des nouveautés sont à prévoir pour les équipes puisque le centre sera partagé entre les villes d’Issy-les-Moulineaux et de Lannion. Le premier choix est un choix logique dans la mesure où l’entreprise est depuis longtemps présente en Île-de-France. Le choix breton s’explique également puisque Lannion est une ville reconnue en tant que pôle d’ingénierie des télécommunications.

Objectifs : renforcer la présence européenne et être à la pointe de la technologie mondiale

Selon Enrico Salvatori, vice-président senior et président, “Ce nouveau centre servira à renforcer davantage nos capacités de R&D dans la région européenne et nous aidera à rester à la pointe de l’innovation technologique à l’échelle mondiale”. John Smee, le vice-président de l’ingénierie de l’entreprise va plus loin précisant que “La France dispose déjà d’une infrastructure d’ingénierie technique de premier plan, c’est donc un choix naturel pour ce nouveau centre de R&D 5G”.

Agnès Pannier - Runacher, la ministre déléguée à l’industrie s’est quant à elle réjouie de l’ouverture de ce nouveau centre via son compte Twitter, confirmant au passage la forte ambition de la France pour les applications 5G.