Le 5 janvier 2021, Qualcomm a annoncé que son actuel PDG, Steve Mollenkopf, quittera ses fonctions sous peu. Il ne prend toutefois pas pour autant la porte et, alors qu'il est seulement âgé de 52 ans, un poste en conseil lui sera attribué. D'après Reuters, dès le 30 juin, il sera remplacé par Cristiano Amon, un haut cadre de l’entreprise, arrivé en 1995.

Ces dernières années, Cristiano Amon a supervisé la division microprocesseurs des appareils Android et iPhone. Il a également travaillé sur le développement d’infrastructures 5G, d’ordinateurs et de voitures intelligentes. On ne sait pas si cette décision intervient après la perte de premier producteur de puces, voyant MediaTek prendre la place de Qualcomm.

Ce changement de direction intervient dans un contexte où la 5G impulse de nouvelles lignes directrices à Qualcomm. Le développement du nouveau réseau ne fera donc pas partie des nombreux défis de Steve Mollenkopf, en poste depuis 2014, et qui a déjà passé 26 années chez Qualcomm. Parmi ses réussites réside la gestion du litige avec Apple, qui s’est soldé par un chèque de près de 4,5 milliards de dollars, et l’utilisation par Apple de puces 5G Qualcomm pour l’iPhone 12. Sans omettre les problèmes juridiques avec la Federal Trade Commission, qui a finalement statué que les pratiques commerciales de l’entreprise n’étaient pas anticoncurrentielles. Il a également évité le rachat de Qualcomm par Broadcom. Sous la direction de Steve Mollenkopf, la valeur boursière de l’entreprise a augmenté de 96,7%. En 2020, elle a connu une hausse de 71,7%.

« Steve a traversé des circonstances sans précédent au cours de son mandat, faisant face à plus de choses au cours de ses sept années de PDG que la plupart des dirigeants ne le font au cours de leur carrière », soulève Mark McLaughlin, président du conseil d'administration de Qualcomm.