Alors que l’on s’attend à un accord au mois de mars 2021 entre Hyundai et Apple pour la confection de l’Apple Car, il semblerait que la décision finale soit mise à mal par une grande hésitation de la part des dirigeants du géant coréen, rapporte Reuters.

L’agence de presse a en effet pu s’entretenir avec un cadre de Hyundai : « Nous agonisons pour savoir si nous le faisons et comment, si c’est bien ou non. Nous ne sommes pas une entreprise qui fabrique des voitures pour d’autres. Ce n’est pas comme si le fait de travailler avec Apple produisait toujours de grands résultats », a-t-il déclaré. En effet, Hyundai n’a pas l’habitude de collaborer pour la confection de ses véhicules, elle s’attelle d’ailleurs à fabriquer ses moteurs, ses transmissions et même son acier en interne.

S’il est établi, le partenariat verra Hyundai se charger de l’assemblage final du véhicule grâce à sa grande expertise. « Le groupe craint que la marque Hyundai ne devienne le seul fabricant sous contrat d’Apple, ce qui n’aiderait pas Hyundai dans ses efforts pour se construire une image plus premium avec sa marque Genesis. Des entreprises technologiques comme Google et Apple veulent que nous soyons comme Foxconn. Une coopération pourrait, dans un premier temps, contribuer à améliorer l’image de marque de Hyundai ou de Kia. Mais à moyen ou long terme, nous nous contenterons de fournir des carrosseries pour les voitures, et Apple s’occupera du cerveau », a expliqué le cadre.

Faisant référence au fournisseur d’Apple pour la confection des iPhone, Hyundai ne veut pas que son nom soit terni en ayant un rôle considéré comme moindre dans la mise au point de l’Apple Car. « Apple est le patron. Elle fait son marketing, elle fait ses produits, elle fait sa marque. Hyundai est aussi le patron. Cela ne fonctionne pas vraiment », a ajouté le dirigeant.

Dans ce sens, un partenariat avec Kia, filiale de Hyundai, semble plus envisageable. Déjà bien avancée dans le domaine des véhicules électriques, la firme dispose d’une usine dans l’État de Géorgie, alors qu’Apple souhaiterait que l’assemblage final de son Apple Car soit réalisé sur le sol américain. Selon Park Chul-wan, expert en batteries et professeur à l’université de Seojeong, Hyundai pourrait bénéficier de ce partenariat au même titre qu’Apple, puisque la fabrication d’une voiture n’a rien de similaire à celle d’un smartphone. Le constructeur pourrait, par exemple, avoir accès à une partie du matériel et des systèmes de conduite autonome de la marque à la pomme.

Pour l’heure donc, il est difficile de dire si cette collaboration va aboutir, d’une part car les dirigeants de Hyundai sont encore réticents et d’une autre, car la firme de Cupertino est connue pour rester très secrète à propos de ses partenariats ; il n’est pas sûr qu’elle apprécie de voir certaines personnes chez Hyundai dévoiler de telles informations.