Pekka Lundmark, le PDG de Nokia arrivé à la tête de la firme au mois d'août, prévoit une marge nulle dans le secteur des réseaux mobiles pour 2021. Il ne s’inquiète pas pour autant, et affirme que le constructeur privilégie le long terme.

« Nous investissons maintenant tellement d'argent dans la R&D que nous sacrifions un peu de la rentabilité à court terme pour arriver là où nous voulons être à long terme », a-t-il déclaré dans une interview accordée le mercredi 16 décembre dont les propos ont été rapportés par Bloomberg. En effet, les dépenses dans la recherche et le développement de la 5G chez Nokia ont augmenté de 40% depuis le mois de janvier 2019. En mars 2020, nous vous rapportions d’ailleurs que la firme finlandaise débloquait 500 millions d’euros pour accélérer le développement du réseau nouvelle génération.

Comme le notent nos confrères de Clubic, Nokia s’attend à une marge d’exploitation de 7 à 10% pour l’intégralité de ses activités en 2021, ce chiffre est de 0% pour les réseaux mobiles. Si Lundmark affirme vouloir prendre son temps pour développer un réseau 5G performant, l’équipementier a rencontré plusieurs difficultés dernièrement qui ne sont pas très rassurantes.

Il s’est ainsi fait doubler par Samsung dans l’obtention d’un contrat avec Verizon, géant des télécommunications américains, pour le déploiement de la 5G. Il a également pris un retard conséquent dans la conception de ses propres puces 5G, cela l’a notamment forcé à acheter des alternatives et à puiser dans ses ressources financières pour investir dans le développement du réseau. À cela vient s’ajouter l’échec du rachat d’Alcatel-Lucent pour 18 milliards de dollars, entraînant le licenciement de plus d’un millier d’employés en France.

Malgré ces nombreux revers, Nokia a pu bénéficier de la guerre commerciale entre la Chine et les États-Unis, résultant en sanctions américaines à l’encontre de Huawei. En conséquence, de nombreux pays alliés ont refusé de déployer les équipements du géant chinois sur leur territoire au profit du constructeur finlandais. En juillet, la firme annonçait ainsi le lancement d’une offre 5G autonome destinée aux entreprises. Elle travaille, en outre, à un réseau dit O-RAN, sur lequel plusieurs opérateurs peuvent exploiter les équipements de plusieurs vendeurs. « Nokia vise à être le leader technologique dans les domaines lesquels il choisit de jouer », conclut le PDG.