C’est la très bonne nouvelle de la semaine, celle qui a chamboulé les cours dans les bourses mondiales et qui pourrait nous sortir de la situation sanitaire et économique plus que délicate que nous traversons. Il s’agit évidemment de l’annonce faite le 7 novembre 2020 par les laboratoires pharmaceutiques Pfizer, à propos de la découverte d’un vaccin contre le coronavirus avec une efficacité de plus de 90%. Tentons de comprendre ce que cela signifie.

Un candidat vaccin prometteur

Pour élaborer un vaccin, il faut passer par trois phases d’expérimentation indispensables. À ce jour, 11 candidats sont arrivés à cette dernière étape, la fameuse phase 3. L’idée est de vérifier que la substance sera sans danger pour les êtres humains. Le candidat vaccin des laboratoires Pfizer a été testé sur 40 000 personnes et affiche donc un niveau d’efficacité de 90%. C’était quasiment inespéré.

Dans le pays de l’Oncle Sam, la FDA (Food and Drug Administration) valide l’efficacité d’un vaccin à partir de 50% d’efficacité. Même s’il ne s’agit pas des résultats finaux, ce candidat est très prometteur. Selon Anthony Fauci, directeur des instituts américains de santé : « un vaccin avec une efficacité de 50% à 60% pourrait déjà tout changer dans la situation actuelle afin de contrôler la pandémie mondiale que nous traversons. Une efficacité à 90% était inespéré ».

Beaucoup de vaccins sur le marché pour contrer d’autres maladies ont une efficacité moins importante que celle-ci. La plupart tournent entre 80% et 90%. Pire encore, le vaccin contre la grippe protège seulement 40% à 60% de la population. C’est très faible en comparaison à ce futur vaccin. Par ailleurs, notons que c’est la première fois qu’une entreprise pharmaceutique avance un pourcentage d’efficacité après en être arrivé à la phase 3, pour le vaccin contre la Covid-19.

Il est conçu à partir d’une biotechnologie

Ce vaccin a une autre particularité : il a été conçu à partir d’une biotechnologie jusqu’à maintenant jamais utilisée dans un vaccin approuvé. Il s’agit de la technique de l’ARN messager. Concrètement, cette technique consiste à insérer du matériel génétique dans les cellules humaines. Même si ce n’est pas très rassurant dit comme cela, c’est pourtant la réalité de la conception de ce vaccin. Le vaccin injecte un code qui contient des instructions pour produire une protéine similaire à celle du coronavirus SARS-CoV-2. Cela engendre une réponse immunitaire. La magie de la médecine.

Tout le monde s’accorde à dire qu’il faut évidemment rester prudent. Si cette nouvelle fait du bien, il ne s’agit pas du résultat final. Il manque notamment quelques informations importantes pour comprendre dans quelle mesure ce vaccin pourrait être utilisé. Les chercheurs des laboratoires Pfizer devront notamment publier plus d’informations sur l’absence revendiquée d’effets secondaires. Un point particulièrement important pour pouvoir commercialiser le vaccin.

La société à l’origine de ce candidat vaccin est consciente de cela et explique que : « nous ne pouvons pas demander une autorisation d’utilisation urgente à la FDA en nous basant uniquement sur ces résultats d’efficacité. Il faut disposer de plus de données sur la sécurité, et nous continuons à accumuler ces données dans le cadre de notre étude clinique ».