D’après l’agence de presse Reuters, la Chine est sur le point de débuter une enquête antitrust à l’encontre de Google après une demande de Huawei. Il est notamment reproché à la firme de Mountain View d’avoir exploité la domination de son système d’exploitation Android pour écraser la concurrence.

Une guerre commerciale sans pitié

Si le cas a été proposé l’année passée par le géant chinois, il vient seulement d’être soumis au comité chargé de combattre les pratiques anticoncurrentielles dans le pays. La décision finale d’entamer une enquête ou non devrait être prise au courant du mois d’octobre 2020… et ce n’est probablement pas un hasard si la démarche de Huawei s’accélère maintenant.

Dans la même catégorie

Les États-Unis et la Chine se livrent en effet une véritable guerre commerciale et, pour l’instant, cette dernière est plus préjudiciable aux entreprises technologiques chinoises. La première concernée est bien entendu Huawei, qui n’a plus la possibilité d’implémenter Android dans ses smartphones car la liste noire commerciale réalisée par le gouvernement américain interdit à Google de fournir une assistance technique aux nouveaux appareils Huawei. Les répercussions sont désastreuses pour la firme : en 2019, elle a déclaré avoir manqué de 12 milliards de dollars son objectif de chiffre d’affaires. Depuis le mois de juillet 2020 par ailleurs, Huawei et une autre entreprise chinoise, ZTE, sont considérées comme des menaces pour la sécurité nationale aux États-Unis.

Plus récemment, c’est TikTok qui a payé les frais de cet affrontement, puisque l’entreprise américaine Oracle a racheté des parts de l’application après que Donald Trump ait menacé de l’interdire dans son pays.

Vers une amende aussi lourde qu’en Europe ?

Cette décision intervient alors que la Chine travaille sur une refonte majeure de ses lois antitrust, et entend augmenter de manière spectaculaire les amendes infligées aux entreprises qui enfreignent la loi. Des sources citées par Reuters indiquent que les législateurs chinois devraient prendre exemple sur l’Europe pour mener cette enquête. Pour rappel, une lourde amende de 4,3 milliards d’euros a été infligée à Google par l’UE en 2018 pour pratiques anticoncurrentielles.

Google est également dans le viseur des autorités de l’autre côté du Pacifique. Le Département de la Justice américain serait en effet sur le point de poursuivre la firme de Mountain View en justice, encore une fois pour pratiques déloyales. Il lui est par exemple reproché d’avoir tout mis en œuvre sur son moteur de recherche pour ne laisser aucune chance à ses rivaux… Les coups viennent donc de tous les côtés pour le géant du Web, et il est encore difficile de savoir quelles seront les conséquences sur son activité.