En étudiant sérieusement la possibilité d’exclure Huawei de son infrastructure télécoms, la Grande-Bretagne risque fort d’enterrer son projet d’être leader mondial en matière de déploiement pour la 5G. C’est en tout cas ce qu’estime Vodafone. Le second plus gros opérateur en téléphonie mobile au monde, s’inquiète beaucoup de la volte-face politique de Boris Johnson au sujet de l’équipementier chinois.

« Le leadership du Royaume-Uni en matière de 5G sera perdu si les opérateurs de téléphonie mobile sont contraints de consacrer du temps et de l’argent au remplacement des équipements existants », a ainsi estimé Scott Petty, responsable technologique pour Vodafone UK cité par Reuters. « Le gouvernement britannique devrait faire des efforts pour étendre la couverture 5G et investir dans la prochaine étape de cette technologie au lieu de chercher à se débarrasser des dispositifs de l’équipementier télécom chinois (…) Nous ne sommes pas liés à un seul fournisseur, mais il est important de comprendre l’ampleur des enjeux ».

Dans la même catégorie

Le gouvernement britannique en passe de changer d’avis sur le cas de Huawei

Ces déclarations interviennent alors que le gouvernement britannique est en discussion avec le japonais NEC Corp et le coréen Samsung pour trouver des alternatives aux équipements réseaux de Huawei, numéro un mondial jugé « fournisseur à haut risque » par les autorités anglaises en janvier dernier. Il y a 6 mois, Boris Johnson avait ainsi déjà limité le rôle que Huawei pourrait occuper dans le développement de l’infrastructure 5G britannique. Soupçonné d’espionnage pour le compte de Pékin, le géant chinois n’aurait pu s’impliquer qu’à hauteur de 35% au Royaume-Uni et n’aurait pas été autorisé à fournir de l’équipement télécom pour les zones jugées sensibles et / ou stratégiques.

Face aux pressions de Washington (qui enjoint depuis des mois ses partenaires européens à tourner le dos à l’équipementier) et alors que de nombreux élus de sa propre majorité (parti conservateur) sont farouchement opposés au recours à Huawei, Boris Johnson serait désormais sur le point de revoir complètement sa position. D’après des sources concordantes, le gouvernement britannique prévoirait désormais d’exclure totalement Huawei de son infrastructure 5G d’ici 2023… d’où la recherche d’alternatives que Vodafone semble critiquer.

Ce (probable) revirement anglais au sujet de Huawei se dessine aussi dans un contexte de fortes tensions entre les démocraties occidentales et la Chine, accusée d’avoir grandement minimisé la gravité du COVID-19 aux premières heures de l’épidémie.