Dans une note adressée à ses employés et publiée le 1er juin 2020, le PDG de Snap a annoncé que le compte de Donald Trump ne serait plus mis en avant sur Discover dans l’application Snapchat. Elle devient ainsi le second réseau social à prendre action contre le président américain.

Twitter et Facebook, deux politiques bien différentes

Le 25 mai dernier, le meurtre de l’Afro-Américain George Floyd par la police de Minneapolis suscitait un large émoi aux États-Unis avec des manifestations qui se sont multipliées aussi bien dans le pays que dans le reste du monde. Alors que de nombreuses voix s’élèvent pour combattre le racisme, le président Donald Trump a adopté une stratégie bien différente de ses prédécesseurs lors de crises similaires : au lieu d’appeler au rassemblement, il a menacé d’envoyer l’armée sur les manifestants et continue de semer la division.

Après une publication particulièrement sanguine du président sur sa plateforme, dans laquelle il incitait les forces de l’ordre à ouvrir le feu, Twitter a pris la décision cacher le post pour « glorification de la violence ». Quelques jours auparavant, le réseau social avait déjà étiqueté l’un des tweets de Trump comme trompeur grâce à un outil récemment mis en place pour lutter contre la désinformation. Très remonté, il avait alors menacé de « fermer les réseaux sociaux » et a entamé une guerre contre Twitter.

Un tweet de Donald Trump censuré par Twitter pour « glorification de la violence ».

Twitter a étiqueté un tweet de Donald Trump pour « glorification de la violence » © Capture d’écran / Siècle Digital

De son côté, Facebook a choisi une toute autre approche en choisissant de ne pas retirer les publications du président. Une décision qui est loin de faire l’unanimité au sein du réseau social puisque les employés ont entamé une véritable manifestation virtuelle contre Mark Zuckerberg pour ce choix controversé.

Snapchat refuse de promouvoir « la haine raciale »

C’est désormais au tour de Snapchat de s’exprimer et de prendre action à ce sujet. Le PDG de Snap, Evan Spiegel, a déclaré dans une longue note adressée à ses employés que le compte de Donald Trump ne serait plus promu sur la plateforme :

« Nous ne pouvons simplement pas promouvoir en Amérique des comptes de personnes qui incitent à la violence raciale, qu’elles le fassent sur notre plateforme ou non. Notre outil de contenu Discover est géré par nos soins, et nous décidons de ce qui y est promu. Nous avons parlé à maintes reprises de faire d’importants efforts pour avoir un impact positif, et nous allons joindre le geste à la parole avec le contenu que nous promouvons sur Snapchat. Nous permettons aux personnes qui divisent d’avoir un compte sur Snapchat, tant que le contenu qui y est publié est conforme à notre politique communautaire, mais nous ne ferons pas la promotion de ce compte ou de ce contenu de quelque manière que ce soit ».

Le compte de Donald Trump sera donc toujours accessible sur la plateforme, mais il faudra le rechercher et s’y abonner afin d’en découvrir le contenu qui ne sera plus mis en avant. Un coup dur pour la campagne du président en vue des élections, puisque son activité sur le réseau social s’est récemment accrue pour séduire les jeunes.

En prenant cette décision, Snapchat va donc encore plus loin que Twitter : cette fois, c’est l’intégralité du compte de Trump qui est pénalisée.

Une tentative pour fausser les élections selon le directeur de campagne de Trump

Brad Pascale, le directeur de campagne de Donald Trump, n’a pas tardé à réagir et s’en est pris avec virulence à Snapchat et l’a accusé de fausser les élections à venir :

« Snapchat tente de truquer l’élection de 2020 en utilisant illégalement leurs fonds d’entreprise pour promouvoir Joe Biden et supprimer le président Trump […]. Snapchat déteste le fait qu’autant de leurs utilisateurs regardent le contenu du président et ils s’engagent donc activement à la suppression d’électeurs. Si vous êtes un conservateur, ils ne veulent pas entendre parler de vous, ils ne veulent pas que vous votiez. Ils vous considèrent comme quelqu’un de déplorable et ils ne veulent pas que vous existiez sur leur plateforme ».

Comme le rappelle Axios, Snapchat reste une entreprise privée et n’est pas pensée pour que le contenu soit adressé à l’intégralité des utilisateurs de la plateforme. La firme effectue toujours une curation des contenus mis en avant et prend souvent des choix éditoriaux, cela va donc dans la lignée de son fonctionnement.

Cette annonce devrait néanmoins ajouter du feu aux poudres, puisque Donald Trump souhaite, on le rappelle, mieux réguler les réseaux sociaux.