Dans l’objectif de poursuivre sa lutte contre la désinformation sur sa plateforme, Facebook prend une nouvelle mesure forte. Désormais, le réseau social vérifiera l’identité des utilisateurs présentant des publications qui deviennent trop rapidement et trop souvent virales.

Les comptes aux caractéristiques suspectes seront vérifiés

En 2018, Facebook a commencé à vérifier l’identité des Pages ayant une large audience. Dès aujourd’hui, cette mesure est étendue aux comptes personnels enregistrant des caractéristiques suspectes, notamment des publications enregistrant des taux de viralité anormalement élevés. Sur son blog, Facebook explique :

“Nous vérifierons l’identité des personnes qui ont un comportement inauthentique sur Facebook et dont les publications commencent à devenir rapidement virales aux États-Unis. Nous voulons que les gens aient la certitude de comprendre qui est derrière le contenu qu’ils voient sur Facebook et c’est particulièrement important quand il s’agit de contenu qui touche beaucoup de monde.”

Si une personne ne souhaite pas soumettre son identité à la vérification de Facebook ou si l’identification fournie ne correspond pas au compte lié, le réseau social agira en réduisant drastiquement la portée des publications du compte. Aussi, la firme de Mark Zuckerberg annonce qu’elle empêchera le compte de publier sur les pages qu’il administre tant que le processus d’autorisation de publication n’a pas été complété. Enfin, Facebook affirme que toutes les identités vérifiées seront stockées de manière sécurisée, sans être partagées sur le profil de la personne.

Facebook fait un pas de plus dans la lutte contre la désinformation

Pour Facebook, cette nouvelle mesure est un pas de plus dans la lutte contre la désinformation et la propagande qui en découle sur sa plateforme. Une lutte que le réseau social mène avec acharnement depuis plusieurs années déjà. En 2019 notamment, la firme de Mark Zuckerberg a supprimé 1 126 Pages avant les élections en Inde, des Pages de propagande initiées par l’Iran, ainsi que des centaines de Pages fallacieuses qui diffusaient du contenu pro-Trump.

Si cette nouvelle mesure visant les comptes utilisateurs est plus “douce” puisqu’elle ne les supprime pas directement, elle a néanmoins l’avantage d’identifier d’éventuels robots et individus qui utiliseraient le réseau social pour manipuler l’opinion des utilisateurs de Facebook. Une mesure d’autant plus importante que l’élection présidentielle américaine aura lieu cette année.