Récemment, Facebook supprimait des centaines de fausses pages gérées par des organes de propagande russes. Une fois de plus, le réseau social a annoncé avoir fait du tri dans des pages potentiellement chapeautées par le gouvernement iranien. Facebook parle de “comportements inauthentiques coordonnés”. L’entreprise a supprimé 262 pages, 356 comptes, 3 groupes Facebook et 162 comptes Instagram qui présentaient des “indicateurs malveillants” et potentiellement nuisibles à autrui. La plupart des pages ou des comptes supprimés auraient pu avoir un lien direct avec des gouvernements.

Nathaniel Gleicher, directeur de la politique de cybersécurité chez Facebook a déclaré que : “Facebook a étroitement coordonné ses efforts avec le réseau social Twitter pour découvrir les fausses pages. Nous nous sommes servis de tous les indices en notre possession pour mener l’enquête et avons finalement décidé de supprimer un certain nombre de pages, de comptes et de groupes sur Facebook ainsi que sur Instagram“.

Exemple de publication

Voici le message officiel annonçant la suppression des différents médias identifiés comme inauthentiques : “il y avait de multiples ensembles d’activités, chacun localisé pour un pays ou une région spécifique, y compris l’Afghanistan, l’Albanie, l’Algérie, le Bahreïn, l’Égypte, la France, l’Allemagne, l’Inde, l’Indonésie, l’Iran, l’Irak, Israël, la Libye, le Maroc, le Mexique, le Pakistan, le Qatar, l’Arabie saoudite, la Serbie, l’Afrique du Sud, l’Espagne, les États-Unis, le Soudan, la Syrie, la Tunisie et le Yémen. Les administrateurs des pages et les propriétaires de comptes se présentaient généralement comme des locaux, utilisant souvent de faux comptes, et publiant des articles d’actualité sur des sujets tels que les relations israélo-palestiniennes et les conflits en Syrie et au Yémen, notamment sur le rôle des États-Unis, de l’Arabie saoudite et de la Russie“.

Les actions menées étaient clairement différentes de celles que la Russie pouvait développer il y a quelques mois. Aucun évènement réel n’a été créé, comme nous avions pu le constater avec les organes de propagande russes. En général, les pages et les comptes en question tentaient d’orienter les discours pour qu’ils soient favorables à l’État iranien et que les idées communiquées puissent bénéficier au pays. De son côté, Facebook ne prend pas de risque et ne parle pas de lien direct entre les pages supprimées et le gouvernement iranien : “à chaque fois que nous faisons une telle annonce, nous sommes très prudents. Nous ne sommes pas en position d’affirmer directement qui est à l’origine de cette propagande. Nous n’affirmons que ce que nous pouvons prouver“.