Selon l’US Space Force, la Russie a réalisé un nouveau test de tir de missile anti-satellite (ASAT) le 15 avril dernier. Cette technologie est de plus en plus prisée au fur et à mesure que l’espace se militarise.

Les États-Unis condamnent ce test

Peu de temps après sa naissance, la sixième branche de l’armée américaine a d’ores et déjà du pain sur la planche. Après avoir lancé son premier satellite en orbite, elle dispose d’un système de surveillance opérationnel et prend désormais connaissance d’un tir de missile anti-satellite effectué par la Russie. Cette technologie est une véritable démonstration de force pour un pays, qui met en évidence sa capacité de détruire un satellite ennemi.

Ce n’est pas le premier essai de ce type conduit par la Russie, il semblerait que le système ait visé l’un de ses propres satellites défectueux baptisé Cosmos 1356, sans toutefois l’atteindre. Sans surprise, les États-Unis condamnent avec fermeté ce geste à travers une déclaration de John W. Raymond, Chef des opération spatiales de l’US Space Force :

« Ce test est une preuve supplémentaire du plaidoyer hypocrite de la Russie en faveur du contrôle des armements dans l’espace pour restreindre les capacités des États-Unis, tout en n’ayant aucune intention de mettre un terme à leur programme d’armes de défense spatiales ».

Par ailleurs, le tir de missile anti-satellite intervient seulement quelques mois après qu’un satellite russe ait été soupçonné d’espionnage sur un satellite américain.

Toujours plus de débris spatiaux

La Russie n’est cependant pas le seul pays à tester cette technologie. En 2007 et en 2008, la Chine comme les États-Unis ont détruit l’un de leurs propres satellites avec un tir de missile. L’année dernière, l’Inde a également effectué un essai de missile anti-satellite avec succès. Problème : ces tirs créent de très nombreux débris spatiaux et empirent la situation en polluant encore davantage l’orbite terrestre.

Les débris engendrés par les tirs de missiles anti-satellite représentent un danger réel pour les satellites en fonction mais aussi pour l’ISS qui abrite des astronautes. Malheureusement, la militarisation fulgurante de l’espace ne va pas arranger le problème… La course à l’armement spatial est lancée, et même la France veut y participer : le gouvernement souhaite en effet créer des lasers anti-satellites.