Le week-end dernier, Emmanuel Macron annonçait la création d’un commandement consacré à l’espace. Pour le chef d’État français, il s’agit d’un secteur primordial, qui nécessite une militarisation. Aujourd’hui, l’AFP relate que la France pourrait développer des armes laser anti-satellites. C’est en tout cas ce qu’a déclaré Florence Parly, ministre de la Défense, lors de la présentation de ce projet militaire dans l’espace.

Comme elle l’a expliqué, ces armes anti-satellites ne seront utilisées qu’en cas de défense. « Si nos satellites sont menacés, nous entendons aveugler ceux de nos adversaires », a déclaré Florence Parly. La ministre explique ensuite la manière avec laquelle la France contre répondre à ces attaques : « Nous nous réservons le droit et les moyens de pouvoir répondre: cela pourrait impliquer l’utilisation de puissants lasers déployés à partir de nos satellites ou de patrouilles de nano-satellites. »

Au 1er janvier 2019, 2063 satellites sont recensés par l’UCS (Union of Concerned Scientists). Ces satellites servent principalement à relayer des communications commerciales, pour suivre les conditions météorologiques, mais également pour espionner. Si Emmanuel Macron se souci de ce qu’il se passe dans l’espace, c’est notamment parce que plusieurs nations comme les États-Unis, la Russie, et la Chine sont largement capables de détruire les satellites ennemis en utilisant des missiles depuis la Terre, ou en créant des collisions volontaires. L’Inde a récemment démontré qu’elle était également capable de réaliser une telle mission, puisque le pays à récemment abattu un satellite, mettant même en péril l’ISS.

Lors d’un discours prononcé jeudi 25 juillet 2019, dans la base aérienne 942 de Lyon-Mont Verdun, Florence Parly s’est exprimée devant une centaine de militaires de l’armée de l’air, dont le major de l’armée de l’air, le général Lavigne, le commandant de la défense aérienne et des opérations aériennes, le général Zimmermann, ou encore l’actuel commandant interarmées de l’espace, le général Friedling. Pour cette occasion, la ministre a expliqué : « Nous allons développer de puissants lasers, c’est un domaine dans lequel la France a pris du retard. Mais nous allons rattraper notre retard. »