Récemment, un satellite russe s’est positionné étonnamment près de l’un de ses homologues américains. Bien qu’aucune preuve concrète ne le démontre, il semble bel et bien qu’il s’agisse d’un acte délibéré destiné à espionner l’astronef américain.

Une distance suspecte

Depuis quelques jours, deux satellites attirent l’attention des observateurs du ciel. Le premier est américain et surnommé USA 245, il a été lancé en 2013 et appartient au National Reconnaissance Office (NRO), une agence du renseignement qui se charge, entre autres, de mettre en opération les satellites espions du pays. Le second s’appelle Kosmos 2542 et est russe. Il a été placé en orbite au mois de novembre dernier et est destiné, en principe, à inspecter d’autres satellites russes.

Pourtant, un expert en aérodynamique et en satellites nommé Michael Thompson a récemment décrit dans un thread Twitter comment Kosmos 2542 s’était rapproché d’USA 245 de manière suspecte. L’astronef russe a en effet utilisé ses propulseurs pour se placer à une distance variant de 150 à 300 kilomètres d’USA 245, et si elle peut paraître importante, elle est relativement dérisoire lorsqu’on parle d’orbite terrestre…

Une explication est plus plausible que les autres

“Même si la portée oscille, l’orbite relative est échelonnée de manière à ce que la distance la plus proche soit lorsque les satellites se trouvent en plein soleil (c’est-à-dire visibles par observation optique) et que la distance la plus éloignée soit quand les deux satellites sont en éclipse”, a expliqué Michael Thompson. Autrement dit, Kosmos 2542 a la possibilité d’épier les deux côtés d’USA 245, dont les activités sont classées secret défense par le gouvernement des États-Unis.

D’après ces observations, l’explication la plus plausible est qu’il soit bel et bien en train d’espionner le satellite américain à l’aide de différents outils et capteurs. “Ce sont toutes des preuves circonstancielles, mais cela fait beaucoup de circonstances qui donnent l’impression qu’un satellite d’inspection russe connu soit en train d’inspecter un satellite espion américain connu”, a conclu Michael Thompson.

L’espace se militarise

Ce n’est pas la première fois qu’un tel phénomène se produit, aussi bien du côté de la Russie que de celui des États-Unis. Il y a peu, la Space Force devenait la sixième branche de l’armée américaine après l’initiative de Donald Trump, qui souhait une réponse rapide à la menace que représentent la Russie et la Chine, notamment à l’encontre des satellites américains, menace qui semble donc se préciser.

Le Kremlin ne divulguera probablement aucune information concernant les agissements de Kosmos 2542, mais ce dernier devrait rester dans le sillage d’US 245 encore quelques mois. L’espace est définitivement en train de se militariser, et cela touche aussi la France. En juillet dernier, Emmanuel Macron annonçait la création d’un grand commandement de l’espace.