C’est lors d’une conférence de presse tenue par Jim Bridenstine, le grand chef de la NASA, que la menace pesant sur la collision entre des débris spatiaux et l’ISS a été évoquée. Il a déclaré cela : “le tir d’essai effectué par l’Inde pour détruire son satellite pourrait mettre en danger les astronautes à bord de la Station Spatiale Internationale (ISS). D’ailleurs, lors de cette même conférence de presse, Jim Bridenstine déclarait que la Falcon Heavy de SpaceX pourrait transporter des humains sur la Lune d’ici 2024.

Plus de 400 débris orbitaux flottent actuellement dans l’espace. Certains d’entre eux peuvent atteindre la vitesse de 24 000 km/h. Il faut relativiser : le satellite se trouvait bien en dessous de l’ISS. Pourtant, 24 débris considérés comme ayant une “taille conséquente” ont été dynamités au-dessus de son apogée, créant ainsi un risque potentiel.

Pour le chef de la NASA, ce tir est inacceptable et des sanctions doivent être prises. En effet, alors que le pays est en pleine période électorale, le 27 mars dernier, le Premier ministre indien Narendra Modi a annoncé le succès de la “Mission Shakti”. Il s’agissait en vérité d’un tir d’essai qui avait pour objectif de détruire un satellite appartenant au pays.

L’Inde devient le quatrième pays à avoir effectué une telle mission, après les États-Unis, la Russie et la Chine. D’après le gouvernement indien, le tir aurait a été effectué assez bas pour s’assurer que les débris générés retomberaient sur Terre quelques semaines plus tard. Il y a quelques jours, la NASA et le Combined Space Operations Center du US Strategic Command ont estimé que le risque qu’un débris percute l’ISS a augmenté de 44 % au cours des dix derniers jours. Jim Bridenstine précise qu’en cas d’impact probable, l’ISS pourrait manœuvrer pour éviter une collision.

Dans cette même catégorie de champions, la palme revient certainement à la Chine. En 2007, le tir d’un missile détruisait un satellite sur une orbite beaucoup plus élevée à 864 kilomètres de la Terre. En 2019, les débris de cet essai font encore le tour de la Terre, menaçant d’autres satellites et d’autres missions spatiales.