Depuis 2017, Apple a introduit une « prévention intelligente du traçage », empêchant ainsi les annonceurs de pratiquer le ciblage publicitaire auprès des utilisateurs de Safari. L’initiative d’Apple semble efficiente, à en croire le désintérêt des annonceurs pour les utilisateurs de la marque à la pomme.

Une mesure efficace contre le traçage

D’après une étude réalisée par Rubicon (firme spécialisée dans les technologies de la publicité en ligne), les annonceurs se sont désintéressés des utilisateurs Safari, rapporte The Information. En supprimant automatiquement les cookies de tierce partie qui permettent de tracer l’internaute, Apple a conduit les publicitaires à freiner leur investissements sur Safari, tandis que ces derniers continuent d’augmenter sur Chrome.

Ainsi les internautes semblent avoir moins de valeur quand il devient impossible de les cibler d’un point de vue démographique. D’après Jason Kint, CEO de l’association publicitaire Digital Content Next, les annonceurs ne devraient pas se détourner aussi rapidement des utilisateurs Apple, et devraient tout simplement trouver d’autres moyens pour toucher les utilisateurs.

The Information rappelle que cette évolution n’est pas anodine compte tenu du nombre d’utilisateurs Apple. Rien qu’aux USA, 50% de la navigation mobile est réalisée sur Safari. D’après l’entreprise Nativo, spécialisée dans la vente de technologies dédiées aux éditeurs, et sociétés de commerce aux États-Unis, seuls 9% des utilisateurs de Safari (sur mobile, et sur ordinateur), laissent les entreprises extérieures suivre leur activité sur internet, contre 86% des utilisateurs sur Chrome.

graphique

Traçage des utilisateurs / Crédit : Nativo

Apple a fait de la limitation des accès aux données son cheval de bataille. Dernièrement, la firme a également développé sur iOS 13 une nouvelle mesure afin de restreindre la collecte de données par les applications de messagerie. La protection de la vie privée des utilisateurs semble faire plus que jamais partie des arguments de communication Apple.

En contrepartie, l’accès aux utilisateurs de Safari étant plus compliqué pour les annonceurs, ceux-ci voient leurs coûts augmenter pour atteindre les clients Apple, rappelle 9to5Mac. Mettant sinon en péril, du moins en difficulté, certaines agences, ou certains partenaires. C’est le cas de Criteo, société française cotée en bourse et spécialisée dans le reciblage publicitaire, qui clame avoir perdu 25 millions de dollars sur leurs revenus de 2017 à cause du système établi par Apple, soit 9% des revenus au total : « Apple ne promeut pas vraiment le navigateur Safari » avec cette initiative, déclare un porte-parole de Criteo, au profit de sociétés comme Google, Facebook ou Amazon, connues pour revendre les données démographiques des utilisateurs.

Il est probable toutefois, qu’Apple soit bien conscient des faits relatés, et qu’en dépit de cela, les bénéfices effectués dans d’autres secteurs permettent à la firme de continuer leurs efforts pour consolider leur image de marque en persistant dans la mise en place de certaines mesures pour la protection des données.