Sans forcément s’en rendre compte, nous utilisons une quantité d’eau faramineuse lorsque nous allons aux toilettes. Afin d’endiguer ce problème, une équipe de chercheurs a développé un revêtement qui empêche les déjections d’adhérer aux parois des toilettes. Grâce à celui-ci, il n’est pas nécessaire de tirer la chasse d’eau une seconde fois.

Le revêtement fait glisser les matières fécales

À gauche, les matières fécales adhèrent à la paroi, à droite, elles glissent grâce au revêtement © YouTube / Penn State University

Des quantités astronomiques d’eau gaspillées

“À l’échelle mondiale, on estime que plus de 141 milliards de litres d’eau, soit près de six fois la consommation quotidienne de la population africaine, sont utilisés chaque jour pour la chasse d’eau des toilettes”, voici le constat alarmant dressé par les chercheurs de l’université de Penn State à l’origine de cette innovation. Ce chiffre est encore plus lourd lorsque l’on sait qu’environ 4 milliards de personnes dans le monde font face à une pénurie d’eau.

Mais pourquoi utilisons-nous autant d’eau afin d’évacuer nos excréments ? Comme l’expliquent les scientifiques dans leur étude parue dans la revue Nature Sustainability, “les matières fécales humaines sont viscoélastiques et collantes”. De ce fait, elles adhèrent fortement avec la surface des toilettes, et nécessitent souvent plusieurs chasses d’eau afin de bien être évacuées. Cependant, ce nouveau revêtement, baptisé LESS, pourrait bien changer la donne.

De quoi le revêtement est-il composé ?

Il est ainsi composé de deux éléments qui s’appliquent sous forme de spray. Le premier est constitué de polydiméthylsiloxane, et une fois séché, il est composé de chaînes moléculaires semblables à de minuscules cheveux et invisibles à l’œil nu. Le second est un lubrifiant à appliquer par-dessus, rendant la surface beaucoup plus glissante. Comme l’expliquent nos confrères de Futura-Sciences, le revêtement a été inspiré d’une plante carnivore baptisée Sarracénie. Cette dernière possède en effet des parois très glissantes afin de capturer ses proies.

Pour démontrer l’efficacité de leur invention, les scientifiques ont conçu de fausses matières fécales en mélangeant sept ingrédients. Comme vous pouvez le voir dans la vidéo ci-dessous, le résultat est particulièrement encourageant, mais qu’en est-il pour la durabilité du revêtement ?

Prévenir les maladies

Selon les chercheurs, il a une durée de vie de 500 chasses d’eau. Cela équivaut à deux semaines pour une famille de quatre personnes. Selon Tak Sing Wong, auteur principal de l’étude, le lubrifiant devrait être appliqué tous les deux ou trois jours dans un usage commercial. Concernant l’éventuelle toxicité du revêtement une fois qu’il est évacué par la chasse d’eau, Wong explique qu’il contient du silicone : lorsqu’il se décompose dans le sol, il se transforme en silice, eau et dioxyde de carbone, des substances inoffensives.

En plus de permettre d’économiser de grandes quantités d’eau, ce revêtement pourrait prévenir les maladies : les bactéries, elles aussi, glissent au lieu d’adhérer à la surface des toilettes. À terme, les chercheurs espèrent que leur produit sera utilisé dans le monde, notamment dans les endroits touchés par une pénurie d’eau. Ils ont d’ailleurs commencé à le commercialiser pour 15 dollars.