C’est officiel depuis le lundi 18 novembre, Z Holding, filiale de SoftBank et le sud-coréen Naver ont annoncé la fusion de leurs deux entreprises, respectivement Yahoo! Japan et Line. La discussion entre les deux groupes avait commencé en juin de cette année.

Un géant du web nippon potentiellement valorisé à 30 milliards de dollars

Selon Les Échos les deux géants du Web nippon pourraient former à terme une entreprise valorisée à plus de 30 milliards de dollars. SoftBank et Naver devraient posséder l’entreprise à parité avec 3 représentants chacun au conseil d’administration et 4 membres extérieurs.

Les rumeurs concernant l’officialisation de la fusion couraient depuis la semaine passée dans les médias japonais. Jeudi 14 novembre le cours des actions de Z Holdings avait bondi à 16,4% et celle de Naver de 10%, montrant l’enthousiasme suscité chez les investisseurs.

L’accord final de la fusion doit intervenir en décembre et les deux entreprises auront, normalement, achevés le processus de fusion d’ici octobre 2020.

Yahoo! Japan est l’un des portails Web leader au Japon avec environ 40 millions d’usagers pour ses différents services (moteur de recherche, voyages, paiement en ligne, achats…). De son côté, Line est une messagerie en ligne qui compte 80 millions d’abonnés dans l’archipel. Line est aussi en bonne place à Taïwan et en Thaïlande. Elle a en revanche plus de mal à convaincre ses utilisateurs d’utiliser ses différents services comme Line Pay, Line Taxi, Line Music.

Faire face à la concurrence internationale

Les deux acteurs du numérique, bien implantés au Japon, justifient la fusion par la concurrence internationale. Dans son annonce de lundi SoftBank a expliqué que “sur le marché de l’Internet, les sociétés étrangères, en particulier celles basées aux États-Unis et en Chine, sont largement dominantes, et même si l’on compare la taille des opérations, il existe actuellement une grande différence entre ces sociétés étrangères et celles des autres pays asiatiques, autres que la Chine”.

Si à aucun moment les sociétés étrangères en question ne sont citées, leurs identités ne laissent guère de place au doute : Google, Alibaba, Amazon, WeChat de Tencent ou Rakuten occupent une position de plus en plus importante sur le Web japonais. “Nous avons tous les deux ressenti le besoin d’agir maintenant pour préparer l’avenir”, a déclaré Takeshi Idezawa, Directeur général délégué de Line.

L’un des enjeux principaux de la fusion concerne les services de paiement dématérialisés. Yahoo! Japan avec Paypay et Line avec Line Pay sont confrontés à l’arrivée des Chinois Alpay, d’Alibaba et de WeChat Pay. Le gouvernement japonais étant justement en train de mener une campagne contre l’argent liquide, c’est le moment ou jamais de se placer en leader de ce marché encore à conquérir.