Aux États-Unis, bien que le secteur soit différent de l’Europe, les tendances du marketing digital et de la publicité émergent, et finissent par arriver chez nous. Cela pourrait bien être le cas de l’offre de recherche payante d’Amazon qui, petit à petit, gagne du terrain sur Google.

La recherche payante, également appelée paid search, ou encore SEA (Search Engine Advertising), consiste à acheter un espace publicitaire sur les moteurs de recherche. La publicité est ensuite associée aux mots clés inscrits par l’utilisateur, et parfois associée à ses précédentes visites. Le paysage numérique évoluant, Google n’est plus toujours la seule et unique plateforme à bénéficier des investissements des marques. Amazon ayant construit un empire des données et de recommandation, son offre de recherche payante devient de plus en plus plébiscitée par les annonceurs aux États-Unis.

D’après les données du média eMarketer Amazon occupe la deuxième place du classement par revenus liés à la recherche payante. La première place est bien évidemment monopolisée par Google, mais l’écart se creuse doucement. Même si la firme de Mountain View récupère 73,1% des dépenses publicitaires, Amazon possède désormais 12,9% du gâteau. Arrivent ensuite Microsoft (6,5%), Verizon Media (2%), et Yelp (1,8%).

Graphique présentant les 5 entreprises qui génèrent le plus de revenus en recherche payante aux États-Unis

Les 5 entreprises qui génèrent le plus de revenus en recherche payante aux États-Unis. Source : eMarketer

D’après eMarketer, le marché du paid search devrait augmenter de 18% cette année, pour atteindre une valeur de 55,17 milliards de dollars aux États-Unis. S’il est appelé à poursuivre sa croissance dans les années à venir, la part de Google devrait continuer de diminuer. Le média estime qu’elle devrait être de 70% en 2021.

Il est intéressant de voir comment Amazon a su tirer son épingle du jeu. Si Microsoft n’a pas convaincu, le géant du ecommerce a renforcé sa position de premier point de recherche de produits. Sur ordinateur, site mobile, ou application mobile, lorsqu’on recherche un produit sur Amazon, c’est que l’acte d’achat est imminent. L’intérêt est d’autant plus important pour les marques d’être visibles à ce moment précis par les consommateurs.

« L’activité publicitaire d’Amazon a attiré une augmentation massive des dépenses parce que les annonceurs peuvent atteindre les consommateurs au moment où ils sont prêts à acheter des produits, » détaille Nicole Perrin, analyste principale d’eMarketer. « Amazon a également déployé de meilleurs outils de mesure et de ciblage, ce qui les rend encore plus attractifs pour les annonceurs. »

Capture d'écran présentant les zone dédiées à la recherche payante sur le site ecommerce d'Amazon.

Zone dédiées à la recherche payante sur le site ecommerce d’Amazon.

Bien que Google ait travaillé sa rubrique Shopping et continue de le faire, son moteur de recherche reste un point de contact intermédiaire avant l’achat. Le numérique étant de plus en plus ancré dans notre quotidien, les plateformes ont pris soin d’offrir les meilleures expériences possibles. C’est pour cela que l’on va d’abord chercher un logement sur Booking ou Airbnb plutôt que sur Google, par exemple.