L’intelligence artificielle a fait des progrès énormes dans l’interprétation de l’imagerie médicale. D’après Alastair Denniston (membre de l’Université Hospitals Birmingham et du NHS foundation trust) et son équipe, l’intelligence artificielle est désormais capable de réaliser un diagnostic médical avec autant, voire plus de précision qu’un humain.

282 millions € pour faire progresser l’IA

Le potentiel de l’intelligence artificielle est sans limite. Dans le domaine de la santé, les réseaux neuronaux sont capables de prouesses. Des chercheurs américains ont rédigé une étude qui suggère que l’intelligence artificielle pourrait permettre aux humains de consacrer une partie de leur temps sur d’autres tâches que les diagnostics médicaux.

La nouvelle tendance consiste à laisser l’intelligence artificielle interpréter l’imagerie médicale. Cette technique repose sur le deep learning et le machine learning. Les algorithmes sélectionnent les caractéristiques des diagnostics médicaux et apprennent à les classifier.

Ils proposent que l’intelligence artificielle se focalise sur l’établissement des diagnostics médicaux tandis que les médecins pourraient se concentrer sur les interactions avec leurs patientsÀ ce propos, le mois dernier, le gouvernement britannique a annoncé un financement de 250 millions de livres sterling, soit 282 millions d’euros, pour favoriser le développement de l’intelligence artificielle dans le domaine de la santé. Cette aide a été accordée au NHS foundation trust.

L’IA est-elle réellement plus forte que le médecin ?

Les chercheurs ont mis en commun les résultats de près de 20 000 études menées sur le sujet. Seulement 14 d’entre elles ont été considérées comme étant “de bonne qualité“. Ces 14 études ont révélé que les systèmes de deep learning détectent avec un taux de réussite de 87% l’état pathologique d’un humain. Comparativement, un médecin a un taux de 86%. De plus, l’IA accorde son feu vert pour un traitement adapté dans 93% des cas alors que les médecins ne le font que dans 91% des cas.

Cette approche s’est donc révélée particulièrement prometteuse pour le diagnostic de nombreuses maladies. Notamment des pathologies comme des cancers et des maladies oculaires. D’autres experts estiment que les recherches ont été menées sur trop peu de cas d’étude. Pour être performante, l’intelligence artificielle doit apprendre à partir d’un plus grand nombre de données.

Pour le docteur Xiaoxuan Liu, auteur principal de l’étude menée par le NHS foundation trust : “il y a évidement encore de nombreuses zones d’ombre au sujet de la performance de l’intelligence artificielle sur les diagnostics médicaux liés aux humains. Pourtant notre message est très clair : l’IA est capable de d’établir des diagnostics de manière aussi qualitative, voire plus qualitative qu’un humain”.