Une récente étude d’IBM laisse penser que l’intelligence artificielle pourrait remplacer des millions de travailleurs à travers le monde : 120 millions pour être exact. Cette fois-ci ça y est, l’intelligence artificielle est prête pour faire son entrée sur le monde du travail. Au cours des 3 prochaines années, les 12 plus grandes économies du monde pourraient bien être totalement chamboulées par ce changement majeur.

L’IA arrive-t-elle trop vite dans le monde du travail ?

Pour Amy Wright, co-directrice d’IBM Talent & Transformation : “les entreprises sont confrontées à des préoccupations croissantes face à l’arrivée de l’intelligence artificielle sur le marché du travail. Le fossé se creuse entre les compétences d’une IA et d’un humain. Une prise de conscience sur l’impact que ces nouvelles technologies pourraient avoir sur l’économie mondiale est seulement en train d’émerger. Cependant l’intelligence artificielle n’arrivera pas demain dans notre quotidien, mais bien aujourd’hui”.

Effectivement, d’après le rapport, la moitié des PDG interrogés estiment ne pas avoir les ressources financières nécessaires pour remplacer leur main d’œuvre par des machines. Ni les ressources, ni la stratégie adéquate. L’intelligence artificielle arrive-t-elle trop vite sur le marché du travail ? Quoi qu’il en soit, les grands patrons n’ont pas encore planifié ce bouleversement, mais ils devront s’y adapter.

L’IA représente-t-elle une opportunité pour les travailleurs ?

L’automatisation des tâches devrait pourtant rendre de nombreux emplois “inutiles”. Ce n’est pas le premier rapport à souligner cela. En 2018, Jérémy Perret, Docteur en intelligence artificielle chez Hubware, disait que la technologie pourrait libérer l’Homme. Selon lui, deux faits inéluctables se produiront : des emplois vont disparaître, car ils deviendront plus faciles et des emplois seront créés, car ils deviendront possibles. L’IA pourrait donc nous ouvrir de nouvelles voies.

Pour IBM, l’ère de l’IA est déjà là. L’émergence rapide des nouvelles technologies a rendu désuètes de nombreuses tâches humaines et il est temps que des machines prennent le relai. Malgré tout, l’entreprise américaine préconise d’adopter une méthode douce pour faire entrer l’intelligence artificielle dans le monde du travail. Par exemple, en favorisant la culture de l’apprentissage continu par l’IA, son assimilation pourrait se faire plus naturellement.