Ce mercredi, le sénateur américain Chuck Schumer a envoyé une lettre à la Federal Trade Commission (FTC), chargée de protéger les consommateurs américains et de faire appliquer les lois commerciales, ainsi qu’au FBI. Cette lettre a pour but d’encourager une enquête afin de vérifier que l’application russe FaceApp ne représente pas un risque pour la sécurité nationale et la protection des données privées.

Alors que l’application FaceApp fait le buzz sur les réseaux sociaux avec le FaceApp challenge, qui consiste à prendre un cliché de soi vieillissant et le poster sur les réseaux sociaux, elle est soudainement au centre de préoccupations beaucoup plus sérieuses, et inquiétantes. Nous vous expliquions déjà il y’a peu que l’application peut être potentiellement dangereuse pour la confidentialité de vos données, mais cette préoccupation atteint désormais des sommets.

FaceApp peut obtenir un accès à vos photos (avec votre accord seulement)

Le sénateur américain Chuck Schumer s’inquiète du fait que FaceApp puisse obtenir « un accès complet et irrévocable » aux photos et aux données des consommateurs. Selon lui, cela représente des risques pour la sécurité nationale et la vie privée de millions de citoyens américains. Cette préoccupation doit se retrouver renforcée par le fait que FaceApp est la propriété d’une société russe, bien que les dirigeants de l’application ont expliqué que les données des utilisateurs n’étaient pas transférées vers la Russie. Rappelons-le, FaceApp demande explicitement votre accord pour accéder à vos photos et les modifier. Par ailleurs, vous pouvez choisir de l’utiliser uniquement pour modifier les photos que vous prenez.

Les démocrates l’ont fait bannir de leurs rangs

Le comité national démocrate a fait circuler une alerte mercredi dans ses rangs. Elle vise à ce que les membres du parti souhaitant se présenter aux élections et leurs équipes suppriment immédiatement l’appli si elle a été téléchargée. Après les multiples interférences dans les élections américaines, attribuées à la Russie et s’étant poursuivies jusque dans les données électorales, les démocrates ont décidé d’investir conséquemment en cybersécurité pour ne pas avoir de problèmes à l’avenir.

Des inquiétudes légitimes ?

FaceApp fait couler beaucoup d’encres, notamment car il traite les images pour nous vieillir ou nous rajeunir en les téléchargeant sur un cloud plutôt qu’en les traitant sur les appareils des utilisateurs. À ce sujet, les responsables de l’application ont déclaré que la plupart des clichés stockés étaient supprimés après 48 heures. Par ailleurs, ils ont fait remarquer que 99% des personnes ne connectent pas leurs données à l’application.

Selon eux, l’application ne dispose donc pas de données qui permettraient d’identifier des personnes. Reste une information inquiétante. Du moment que l’on a modifié une photo, l’application à tous les droits pour la modifier, la réutiliser ou l’exploiter par la suite. On peut donc très bien imaginer que l’application pourrait copier votre photo et l’envoyer à une banque de données tierce, avant de la supprimer.