Dans son dernier rapport sur la diversité, Facebook est très clair sur le sujet : au cours des 5 prochaines années, le réseau social veut doubler le nombre d’employés appartenant à des minorités. Actuellement, l’essentiel des salariés de Facebook sont des hommes blancs, et même si l’entreprise a fait des efforts, cela ne suffit pas. Facebook veut embaucher massivement des personnes issues des minorités : des femmes, des handicapés, et même des anciens combattants.

50% des employés de Facebook seront issus des minorités

Il y a 5 ans, la part des personnes issues des minorités chez Facebook était moins importante qu’elle ne l’est aujourd’hui. Des efforts ont été réalisés, c’est indéniable. Pourtant, le réseau social veut aller beaucoup plus loin et faire en sorte que les différentes minorités, deviennent une majorité au sein de ses équipes. Au moins la moitié de sa main-d’œuvre sera composée de femmes, ou de populations actuellement sous-représentées.

Parmi les recrutements à venir aux États-Unis, plus de femmes, de personnes noires ou hispaniques seront recherchées. Facebook explique cela : “notre entreprise doit refléter la réalité. Dans la vraie vie, il y a autant de femmes que d’hommes, et autant de personnes hispaniques que d’asiatiques. Pour cette raison, nous pensons qu’en diversifiant nos équipes, nous servirons mieux nos communautés, sur nos plateformes, services et produits”.

Des promesses, mais que disent les faits ?

La société de Mark Zuckerberg promet qu’elle suivra de très près les résultats de cette nouvelle campagne de recrutement et qu’elle publiera régulièrement des résultats pour en prouver les avancées. Facebook n’est pas la seule société à être montrée du doigt. La majorité des entreprises technologiques sont dans ce cas là. Malheureusement, toutes promettent de mettre en place des plans de recrutement allant dans le sens de la diversité, mais les résultats sont souvent décevants.

En septembre dernier, un rapport indépendant, faisant état de la diversité dans le secteur de la tech, était publié. Au total, 32 entreprises (dont Google, Microsoft et autres) ont participé à l’étude, et si chacune d’entre elles consacre un budget à la responsabilité sociétale des entreprises (RSE) ainsi qu’à la philanthropie, assez peu se tournent vers la diversité des sexes et des couleurs en entreprises.