Travail de longue haleine, minutieux et précis, le bon référencement de son site ou ses pages requiert de la patience. Les algorithmes de Google évoluent au rythme des diverses trouvailles des professionnels du SEO, avec à chaque fois de nouveaux critères à suivre. Certaines règles semblent être immuables depuis bien des années, d’autres permettent à des sites plus jeunes de tirer leur épingle du jeu si leur travail de référencement naturel est bien fait.

Google E-A-T le combo principal

Ces trois lettres vont devenir de plus en plus importantes dans l’univers du SEO, et bon nombre d’experts confirment que c’est un virage important que Google amorce et qu’il est important de l’anticiper. Ici pour E-A-T, E vaut pour Expertise, A pour Autorité, C pour crédibilité (Trust en anglais). L’algorithme de Google s’intéresse de près à ces trois éléments.

Expertise

Selon votre site, le moteur de recherche souhaite voir en vous un expert sur votre domaine. Intelligence artificielle, marketing, purificateurs d’air, écologie, entrepreneuriat … peu importe le sujet, vous devez le maîtriser. Pendant longtemps, on a pensé que ce critère ne concernait que les sites à dominante scientifique ou la finance, mais il s’avère que Google a étendu la prise en compte de ce paramètre au reste du web.

Autorité

Il s’agit certainement de l’aspect le plus complexe à développer. Votre marque doit avoir de l’autorité, et votre nom de domaine se voit même attribuer un score sur 100. Vous pouvez le consulter ici. Ce score va augmenter en fonction des liens qui pointent vers votre site, mais aussi selon l’âge de votre domaine, etc. Ainsi, ce score va augmenter de façon naturelle si l’on parle de votre marque dans des médias, sur des forums, ou dans des vidéos.

Crédibilité (Trust)

Peut-on vous faire confiance ? Êtes-vous crédible ? Certainement. Néanmoins, si votre site n’offre pas une navigation sécurisée, n’affiche pas de mentions légales, et n’est pas développé pour mobile … vous risquez de manquer de crédibilité aux yeux de Google ainsi qu’à ceux de vos utilisateurs.

Quelques conseils pour améliorer son E-A-T

Valorisez les expertises internes

Bien souvent dans les entreprises se cachent des experts insoupçonnés. Parfois ils écrivent même sur leur propre blog, ou partagent leurs analyses à la machine à café. Afin de produire des contenus de qualité et permettant de valoriser votre marque, il s’agira de mener un petit audit interne des personnes ayant des idées à partager et qui sont intéressées d’écrire des articles. De plus, Google accordera de l’importance à qui a écrit le contenu, et qui il est. La description de l’auteur et sa mention de rédaction, plutôt que de signe « l’équipe » ou « la rédaction » est très importante.

De plus, ces personnes là pourront aussi être amenées à participer à des conférences, des tables rondes, intervenir dans des écoles … Ces experts permettront de rayonner et faire rayonner la marque ou l’entreprise.

Sécurisez votre site

Le passage au HTTPS doit être impérativement effectué pour tous les sites. Google a d’ores et déjà commencé à favoriser le référencement de sites ayant fait le passage, et cela va s’accentuer. Peu de chance d’obtenir un bon score E-A-T si cette règle n’est pas respectée.

Faites du bon marketing

Chaque canal de marketing pourrait dépasser le concept de SEO. Bien faire du marketing, c’est savoir travailler et valoriser ses avis clients. C’est placer des labels de confiance sur ses pages produits. C’est suivre les performances de ses campagnes et analyser l’évolution des recherches effectuées sur Google après leurs diffusions … Si l’aspect technique pur est maîtrisé dans votre entreprise, il ne reste qu’à mettre en place des stratégies et des moyens connectés qui vont se compléter les uns aux autres.

Parole d’expert : Nicolas Mercatili, CEO de SEMJuice

Siècle Digital : Vous êtes le CEO de la plateforme de netlinking SEMJuice. En quoi est-ce qu’elle consiste ?

Nicolas Mercatili : La finalité de notre plateforme de netlinking est d’accompagner les entreprises pour donner plus de visibilité à leur business sur les moteurs de recherche. Nous prenons donc en charge les campagnes de liens de nos clients destinées à leur faire gagner des positions dans les résultats des moteurs de recherches et notamment Google qui regroupe plus de 94% des recherches en France.

La grande valeur ajoutée de notre plateforme, outre le réseau de partenaires éditeurs de sites, réside dans 2 facteurs. Le premier, c’est le gain de temps que la plateforme fait gagner à tous, nous nous chargeons de tout : choix du site hébergeant l’article, rédaction de l’article si le partenaire ne rédige pas lui-même, inclusion de médias, gestion des partenaires, vérification du contenu et de sa publication. Le second, c’est notre JuiceFlow. C’est un algorithme maison qui classe les sites de nos partenaires dans des catégories (de fruits) et définit le coût de publication, ce qui assure à nos clients de payer le juste prix par rapport à la puissance de jus seo que peuvent réellement transférer les partenaires.

Le netlinking est une technique qui fonctionne depuis des années, comment expliquer que Google n’ajoute pas d’autres éléments avec la même importance à ses critères de ranking ?

Le netlinking a énormément évolué dans le temps, comme le référencement naturel (SEO) en général. Il y a pas mal d’années, il y avait moins de concurrence sur le web, Google était très souple et tolérant, c’était assez facile de positionner un site internet en tête des résultats de recherche. Au fil des années, Google a déployé énormément d’algorithmes car il y a eu énormément d’abus, notamment au niveau des liens.

Avant les algorithmes Pingouin, c’était la quantité de liens qui était prise en compte, peu importe la qualité, c’était donc devenu n’importe quoi… Aujourd’hui, c’est la qualité avant tout, c’est pourquoi nous avons déployé une offre assez large sur SEMJuice, avec des sites plus ou moins visibles et importants, ce qui permet de déployer tout type de liens et surtout de les varier.

À présent, Google est au bout de ce qu’il peut faire pour contrôler et superviser cela. La seule chose qu’il pourrait arriver à identifier serait des stratégies basées sur des réseaux de sites (on appelle cela PNB pour Private Blog Network), où il pourrait être facile de remonter le réseau qui envoie x liens vers un même site (via les footprints laissés sur le web). Sur SEMJuice, nous avons fait le choix de travailler avec des éditeurs, des blogueurs, des influenceurs… afin de varier au maximum les sites, de travailler le plus possible avec de vrais sites, qui ont du trafic, des mots clés, de la visibilité, des réseaux sociaux…

Cela peut être de petits sites avec des tarifs autour de 50€ à 100€ comme de très gros médias, très connus, autour de 1000€ à 1500€. Le but est de noyer le poisson : propriétaires de sites différents, types de sites différents, qualité de sites différents, ancres de liens naturelles, pages ciblées différentes, rédaction qualitative… en gros, une stratégie que Google aura du mal à détecter car on est très qualitatif tant au niveau des sites que de la rédaction, tout en restant naturel à ses yeux. Nous fuyons tout ce qui pourrait être alertant et sur-optimisé.

Quel est pour vous LE critère à travailler pour améliorer son SEO pour les mois qui viennent ?

C’est le couple rédaction sémantique / stratégie de netlinking qui fera la différence. C’est le combo qui produit les meilleures progressions quand les deux sont travaillés en parallèle. Un lien aura plus d’impact si la page qu’il pousse est riche sémantiquement. Pour mieux comprendre, la rédaction sémantique consiste à utiliser le champ lexical le plus fourni possible en traitant à 100% le sujet. Ce travail de fond permet d’être mis en avant par l’algorithme Google Rankbrain qui attribue la hiérarchisation des résultats dans les moteurs de recherche.