D’après une étude du Pew Research Center, publiée le 21 octobre, le pourcentage de personnes qui s’informent aux États-Unis sur TikTok a triplé depuis 2020. Des statistiques qui posent des questions sur le traitement des contenus de désinformations.

TikTok progresse plus rapidement que les autres réseaux sociaux

Dans les détails de l’étude, 10 % des adultes étasuniens consultent les informations en premier sur le réseau social. La plus grosse évolution vient des 18-29 ans, 26 % des jeunes adultes s’informent régulièrement sur TikTok, ils étaient 9 % en 2020. Les utilisateurs présents depuis longtemps sur l’application changent leurs habitudes. Ils sont désormais plus à la recherche d’informations sur l’application qu’auparavant.

L’application se démocratise comme une réelle source d’actualité, en effet, 30 % des adultes affirment se servir du réseau chinois comme tel contre 22 % en 2020. Cette évolution contraste avec les résultats des autres plateformes. Sur Facebook, 54 % des adultes ont déclaré qu'ils y obtenaient des actualités en 2020, contre 44 % aujourd’hui. Youtube et Instagram sont restés stables, autour des 30 %. Malgré une légère baisse, le réseau dominant, sur l’actualité, reste Twitter avec 53 % des adultes informé par son biais.

L’impact de Twitter et TikTok sur la diffusion d’information n’est pas étonnant. Le premier mise sur la rapidité de publication et la présence de la plupart des personnalités influentes. La plupart des journalistes se servent du réseau pour leur veille. Le second mise sur la courte durée des vidéos et la diffusion massive lorsqu’une vidéo devient virale. Des tests du New York Times, le mois dernier, avaient montré que TikTok était très bon comme moteur de recherche grâce à son volume de vidéos disponibles.

TikTok n’est plus une simple évolution de Musical.ly. Depuis l’an dernier, le nombre d’événements d’actualité couverts sur le réseau social explose. La navigation permet aux utilisateurs de passer rapidement d’une vidéo de divertissement à des contenus journalistiques sérieux. Lors de l’invasion de l’Ukraine par la Russie en février, de nombreux influenceurs ukrainiens ont émergé grâce à l’algorithme. Ils ont pu documenter l’avancée des combats. Ce développement a son mauvais côté : depuis sa création, TikTok a connu de nombreux problèmes mondiaux, comme la pandémie, les conflits sociaux, sans parler de la guerre. La modération du réseau social a eu beaucoup de mal à lutter contre les vidéos de désinformation. Selon NewsGuard, 20 % des vidéos renvoyées par une recherche sur TikTok contenaient des informations erronées.