Suite au projet de construction de la future station spatiale privée Starlab, l’entreprise Voyager Space Holdings et sa société d’exploitation Nanoracks en partenariat avec Lockheed Martin, se sont associées. L’accord avec l’entreprise Hilton permettra à cette dernière de créer ce qui pourrait être l’un des premiers hôtels spatiaux.

Une amélioration du service client… dans l’espace !

Parmi les stations privées en développement, l’accord est le premier du genre, même si les secteurs de l’espace et de l’hôtellerie envisageaient déjà les possibilités d’hôtel en orbite. Lors du Congrès international d’astronautique qui a eu lieu en 2022, relayé par CNBC, le président et chef de la direction de l’entreprise Voyager, Dylan Taylor, a déclaré qu’il était enthousiasmé par la « perspective unique » que le groupe hôtelier Hilton apporte au projet car « ce ne sont pas des gens de l’espace ». Outre le fait de travailler sur la partie hôtelière, Hilton étudiera avec Voyager les différentes possibilités de marketing en lien avec Starlab.

Christopher Nassetta, PDG du groupe Hilton, a déclaré que « pendant des décennies, les découvertes dans l’espace ont eu un impact positif sur la vie sur Terre, et maintenant Hilton aura l’occasion d’utiliser cet environnement unique pour améliorer l’expérience client partout où les gens voyagent ». Les deux spécialistes de l’industrie spatiale, Voyager Space Holdings et Lockheed Martin, espèrent que le premier Starlab sera effectif d’ici 2027.

Les différents projets pour Starlab

Voyager a des ambitions fortes concernant sa future station spatiale privée. L’entreprise a déclaré qu’elle voyait de grandes opportunités de marché pour Starlab dans les services scientifiques et de recherche, ainsi que dans les vols spatiaux habités. La fabrication du premier module Starlab est prévue pour le troisième trimestre de 2023 et sera construit pour être aussi flexible que possible.
À terme, l’objectif de l’entreprise est de s’étendre à « plusieurs Starlabs spécialement conçus » pour différents besoins du marché, a affirmé Dylan Taylor.

En prévision du retrait de la Station spatiale internationale (ISS), en 2030, la NASA a accordé des contrats à trois autres entreprises pour fabriquer des stations privées : Axiom Space, Blue Origin et Northrop Grumman.
Nanoracks a remporté le plus grand contrat individuel du programme évalué à 160 millions de dollars, pour aider à la création de Starlab. En 2023 la société Voyager envisage de procéder à un premier appel public à l’épargne. Actuellement elle dispose d’un portefeuille de neuf entreprises d’infrastructures spatiales et de technologies liées.