Le 21 mars, Orange et Publicis ont présenté Voilà, une plateforme pour organiser des événements en direct, à distance, et destinés aux professionnels. L’occasion pour les deux entreprises françaises d’affirmer leurs ambitions.

Devenir la première licorne française des technologies événementielles

Et de l’ambition, il y en a. La plateforme d’événementiel Voilà ne semble pas destinée à être un énième outil, mais à conquérir un secteur attentiste. Ainsi, pour développer ce projet, Orange et Publicis ont créé une joint-venture financée à hauteur de 20 millions d’euros, abondée à parts égales. À terme, les deux protagonistes, ont pour objectif d’en faire la première licorne française de l’eventech, avec un chiffre d’affaires de 30 millions d’euros d’ici 20204. En attendant, Voilà prend vie avec une trentaine de salariés, recrutés pour l’occasion, ou directement tirés des deux entreprises.

« Orange possède la maîtrise des outils technologiques, et Publicis, le savoir-faire de l'événementiel. C'est le bon cocktail, » juge Stéphane Richard, PDG d’Orange. « Il existe des choses qui sont pas mal du tout, mais qui manquent de cette dimension unique que l’on espère pouvoir créer, » ajoute Maurice Lévy directeur général de Publicis Groupe.

Les logos d'Orange et Publicis Groupe

Voilà naît d'un mariage entre deux acteurs majeurs, technique d'un côté, événementiel de l'autre. Capture d'écran : Voilà.

Et Voilà…

Avant son lancement officiel, Voilà a pu être mis à l’essai lors de plus de 30 événements en 2021. Avec un prix démarrant à 5 000 €, la plateforme propose une solution qui va de la préparation de l’événement (création d’un site personnalisé, e-mail marketing, etc.) à la diffusion de l’événement. Sur son site, elle assure pouvoir accueillir 100 000 participants, suivant une retransmission en haute définition.

Les événements peuvent être animés avec des sondages diffusés en direct. D’autres fonctionnalités permettent d’afficher un chat, envoyer un émoji, ou étendre la retransmission vers une TV ou un autre écran. François Bitouzet, directeur général de Publicis Live annonce même la possibilité de présenter un objet en 3D interactif… « Nous sommes prêts pour le métavers » a-t-il ajouté.

Les longs mois de pandémie ont accéléré la transformation digitale de bien des secteurs, et l’événementiel n’y a pas échappé. Nombreuses sont les entreprises qui, après la levée des restrictions, ont fait le choix de maintenir l’organisation d’événements à distance, ou d’associer présentiel et distanciel. Avec des ambitions importantes, mais soutenues par des entreprises de taille, Voilà a peut-être de beaux jours devant elle.