Aux États-Unis, un nouveau projet de loi sur les algorithmes pourrait marquer une première étape dans le combat du Congrès contre Facebook, pour lutter contre la domination des algorithmes sur le fil d'actualité. Le Social Media Nudge Act, dont les auteurs sont Amy Klobuchar et Cynthia Lummis, a pour objectif de ralentir la diffusion des fausses informations sur les réseaux sociaux.

Le fonctionnement du fil d'actualité dans le viseur des législateurs américains

Ce projet de loi va être écrit avec l'aide de la Fondation nationale des sciences (NSF) et l'Académie nationale des sciences, de l'ingénierie et de la médecine (NASEM). Les deux institutions sont chargées de proposer de nouveaux moyens pour « ajouter des frictions au partage de contenu en ligne » et ralentir la propagation des fake news. Les chercheurs américains doivent proposer plusieurs moyens technologiques pour répondre à cet objectif. Parmi les premières pistes sur la table, il y a l'obligation de lecture avant le partage d'un article sur les réseaux sociaux.

Une fois que toutes les propositions auront été votées, la Commission fédérale du commerce prévoit de les codifier et d'obliger les plateformes comme Facebook, Instagram et Twitter à les mettre en pratique. Amy Klobuchar, sénatrice américaine et membre du Parti Démocrate, estime que cela fait trop longtemps que les entreprises technologiques ont la main sur le fonctionnement du fil d'actualité. Pendant des années, elles ont tenu le discours du « faites-nous confiance, nous nous occupons de tout ». Aujourd'hui, cela pourrait bien changer.

Les sénateurs savent pertinemment que les plateformes ont « à plusieurs reprises fait passer les profits avant la sécurité des utilisateurs, avec des algorithmes poussant des contenus dangereux qui accrochent les utilisateurs et répandent la désinformation ». Les démocrates ont longtemps voulu lutter contre la désinformation en ligne, mais se sont à chaque fois heurtés aux républicains qui considéraient leurs efforts comme des menaces à la liberté d'expression.

Les démocrates et les républicains travaillent main dans la main pour réguler les réseaux sociaux

C'est depuis les dénonciations de Frances Haugen, en 2020, et la révélation des Facebook Files, que les membres des deux partis ont commencé à travailler ensemble pour trouver des moyens de réguler les algorithmes. Le soutien de Cynthia Lummis, sénatrice et membre du Parti Républicain, marque un tournant et une étape importante dans ce processus.

Elle estime que « le Social Media Nudge Act est un pas vers la résolution complète de l'excès des géants de la tech. En donnant à la NSF et à la NASEM le pouvoir d'étudier l'addiction aux réseaux sociaux, nous allons réellement comprendre l'impact des algorithmes sur notre société ». À partir de ce travail, les deux sénatrices comptent proposer une nouvelle réglementation pour contrer les effets négatifs des réseaux sociaux.

Le Congrès n'a plus beaucoup de temps pour adopter une législation avant que tous les regards ne soient tournés vers les élections de mi-mandat. Amy Klobuchar est optimiste. Elle pense que les législateurs auront la capacité d'adopter un projet de loi rapidement. Elle précise que « cette réglementation contribuera à lutter contre les mauvaises pratiques des réseaux sociaux, notamment en mettant en œuvre des changements qui augmentent la transparence et améliorent l'expérience des utilisateurs ». Les États-Unis semblent décidés à adopter des réformes significatives qui s'attaquent de front aux travers des réseaux sociaux.