Une nouvelle levée de fonds majeure de 294 millions d'euros (335 millions de dollars) permet à Exotec de devenir la 25e licorne française et déjà la 4e à rejoindre ce cercle fermé en 2022, après PayFit, Ankorstore et Qonto. Cette opération permet également à Exotec, un fabricant de robots pour la préparation de commandes, de devenir la première licorne industrielle française.

Exotec lève 294 millions d'euros

Exotec est un « fournisseur de solutions robotiques pour les entrepôts » qui a vu le jour en juillet 2015 à Croix dans les Hauts-de-France, près de Lille. Cette nouvelle levée de fonds, menée par Goldman Sachs Asset Management, aux côtés de Bpifrance, permet à la start-up française de changer de dimension. Désormais valorisée à 2 milliards de dollars, Exotec fait partie du cercle des licornes françaises et ambitionne d’accélérer son expansion internationale.

La jeune pousse qui participe à réindustrialiser l’économie a le vent en poupe. Redouté par Amazon, le français Exotec prévoit de recruter 500 ingénieurs R&D supplémentaires d’ici 2025. Romain Moulin, CEO et co-fondateur d’Exotec, estime qu'en 2022, les entreprises ont besoin de « bâtir des supply chain adaptées, performantes et agiles, afin de repenser leurs schémas logistiques ». Les solutions proposées par Exotec sont justement pensées pour répondre à ces enjeux clés.

La nécessité de réindustrialiser les économies

Avec ses solutions robotisées, l'entreprise compte déjà de nombreux clients prestigieux à l'échelle mondiale, comme Uniqlo, Decathlon, Carrefour, Cdiscount, Gap ou Geodis. À ce sujet, Jérôme Saillour, Responsable Transformation logistique chez Decathlon, affirme que « Decathlon est fier de contribuer au développement du savoir-faire industriel français et compte à terme implanter la solution d’Exotec sur les autres continents ».

Parmi les dernières collaborations, nous pouvons citer Monoprix et l'équipement de son entrepôt zéro carbone en région parisienne. Comme le précise Romain Moulin, Exotec prend le contre-pied d'Amazon en « valorisant une approche collaborative entre humains et robots, qui décuple la productivité des entrepôts tout en améliorant les conditions de travail ».

La pandémie de Covid-19 a mis en lumière la fragilité des chaines d’approvisionnement et la nécessité pour les entreprises de les repenser. La pénurie de semi-conducteurs est le meilleur exemple qui appuie la nécessité de relocaliser la production industrielle. Exotec a conscience que la réindustrialisation des économies est une priorité pour les États, et compte bien tirer son épingle du jeu.